Choix du public :  
 
Nombre de votes : 12
 












 
Partager    twitter



festival-cannes.com

 

L'amant d'un jour

Quinzaine des réalisateurs - Compétition
France / sortie le 31.05.2017


LA VALSE DES SENTIMENTS





« J’ai horreur des gens qui font couler l’eau des fleurs sur les passants. C’est toute la bourgeoisie, ça ! »

Sans surprise aucune, c'est une nouvelle plongée dans le tourbillon des sentiments humains que nous offre Philippe Garrel avec cet Amant d'un jour léger et savoureux comme une flûte de champagne. Ce qui n'empêche d'ailleurs pas le film de distiller une certaine profondeur dans son observation fine des aléas du cœur, et surtout de toucher par son portrait sincère d'émotions universelles. Alors oui, on pourrait dire que le cinéaste se répète un peu, qu'il s'enlise dans ce "cinéma français" (à prononcer d'un ton péjoratif en fronçant les sourcils) déconnecté de tout ancrage social, qu'il livre une œuvre jolie mais anecdotique. Et pourtant, pas sûr qu'on ait raison de le dire. Parce que décortiquer l'âme humaine et sa complexité n'est jamais ni anecdotique, ni totalement déconnecté des réalités.

Et puis ce nouvel opus, il faut le souligner, décontenance par sa belle simplicité, ainsi que par sa tendresse envers les personnages. On sent que Philippe Garrel les aime tous : le professeur jaloux, sa petite amie volage, sa fille éplorée... même le fiancé cruel ou l'étudiant Don Juan. Il les filme avec élégance (dans un beau noir et blanc qui décidément lui va bien), les met en scène avec douceur. Et surtout avec intelligence. La rivalité attendue entre la fille et la compagne quasiment du même âge ? Transformée en complicité féminine. Les scènes de rupture ? Quasiment hors champ. Les disputes ? Dignes et écourtées.

Ce qui reste à l'écran, on a envie de dire un peu pompeusement que c'est la vie, telle qu’elle est, incarnée par des êtres de chair et de sang. Par exemple, il y a cette jeune fille qui souffre si fort après une rupture amoureuse qu'elle a envie de mourir. Et puis il y a cette autre jeune fille qui aime tant l'amour qu'elle ne peut se résoudre à l'exclusivité. Et puis il y a ce professeur d’âge mûr qui a si peur de perdre la femme qu'il aime qu'il est prêt à dire n'importe quoi, même ce qu'il ne pense pas. Et voilà les cœurs qui s'emballent, les émotions qui s'en mêlent (et s'emmêlent, aussi), et cette bombe à retardement qu'est l'amour qui explose sous l’oeil gourmand de Philippe Garrel.

Au passage, le cinéaste revisite le triangle amoureux, en le transformant en relation complexe entre des gens qui s’aiment, qu’ils soient liés par une relation filiale, sentimentale ou amicale. C’est très beau lorsque les deux jeunes femmes partagent des moments d’intimité et des secrets, se protègent l’une l’autre, se soutiennent dans une connivence qui va de soi. La relation entre le père et sa fille est également très joliment captée, entre complicité et sollicitude, protection et inquiétude. Garrel préfère l’ironie distancée au tragique, la légèreté à l’hystérie. Chez lui, l’amour n’est pas une tempête qui dévaste tout sur son passage, mais une valse qui entraîne les individus de danseur en danseur, ou qui permet de revenir toujours au même. Comme on veut.

On sent d’ailleurs ce mouvement inhérent à l’amour non pas dans sa mise en scène (posée et cadrée en plans souvent fixes, ou presque fixes), mais dans sa direction d’acteurs. Lorsque l’on voit Louise Chevillotte pour la première fois à l’écran, elle dévale des escaliers et traverse des couloirs pour rejoindre son amant. Plus tard, elle danse avec Esther Garrel. Les trois personnages aiment aussi marcher dans la rue, sans but juste, pour se promener. Il faut ça bouge, l’immobilité les angoisse. Même le procédé de la voix-off qui vient raconter au spectateur ce qu’il avait déjà deviné à travers les images est comme une manière d’ajouter du mouvement, du rythme, une sorte d’élan supplémentaire. C’est cette vivacité qui transcende le film et lui donne tant de charme.

Les acteurs ne sont pas en reste, qui jouent de toutes les nuances pour provoquer l’empathie du spectateur. Ils sont comme des reflets de nous-mêmes, renvoyant chacun à un stade de l’état amoureux (jalousie, tristesse, passion…) qui lui est familier. Bien sûr il n’y a aucun jugement, aucune clef de lecture dans le film. Ce n’est pas un prêt-à-penser de magazine féminin. Juste le portrait juste et sensible d’hommes et de femmes rendus vulnérables par ce sentiment incontrôlable qu’est l’amour.

MpM



(c) ECRAN NOIR 1996-2017