Choix du public :  
 
Nombre de votes : 157
 












 
Partager    twitter



festival-cannes.com
site internet du film

 

Camille redouble

Quinzaine des réalisateurs - Fermeture
France / sortie le 12.09.2012


A COPIÉ SUR SON VOISIN FRANCIS F. COPPOLA





"- C'est pas la meilleure actrice du monde."

Elève Loevsky, au coin. Non franchement Noémie, vous avez rendu une copie quasiment similaire à celle de votre brillant camarade Francis Ford Coppola. Votre histoire de retour dans le passé, après rupture amoureuse, redécouvrant ainsi vos amis et vos parents quand vous étiez adolescente, c'est exactement la même que Peggy Sue s'est mariée.

Je note bien que vous avez changer quelques détails, en y apportant votre touche personnelle, toujours un peu fantasque et mélancolique. Cette névrose qui vous rend si sympathique change du style poétique, fantastique mais néanmoins efficace et appliqué de votre camarade italo-américain.

On comprend bien ce qui vous a attiré dans cette histoire : un peu d'humanisme, des rapports humains touchants, une jouissance à jouer la ados quand, ado, vous avez été humiliée à une audition, ce qui stoppa ce désir. Et tout cela ne manque pas de charme, de jolies idées. Léger et grave, il surgit quelques séquences loufoques au milieu de ce cauchemar. Car, sincèrement, Noémie, votre scénario, sous ses apparences frivoles d'une alcoolique plaquée et précaire qui redevient ado/adulte redécouvrant ses premiers frissons, n'est pas si joyeux.

Votre peur de perdre vos parents, votre appartement, l'amour de votre vie vous fait basculer de l'autre côté du miroir, sans trop vous égarer vous-même. Avec de l'auto-dérision et un peu d'émotion, votre récit touche avec justesse : le portrait de votre génération (adolescente et adulte) évite les clichés. Pour la science-fiction, on repassera. Vous êtes bien meilleure dans la mélancolie et la nostalgie dédiées aux sombres héros de l'amer.

Cependant, si vous démarrez sur le mode de la comédie, sans réel éclat mais avec quelques étincelles, votre devoir flanche dans le drame avec une rupture assez brutale. Certes, l'écriture est fine. Mais cette césure déséquilibre la tonalité de l'ensemble qui, en supprimant avec bonheur le happy end un peu mièvre de votre camarade barbu que vous avez si gentiment plagié, laisse une impression presque triste. Lucide, sereine, juste, mais légèrement déprimante.

Je vous soupçonne d'avoir écrit votre première partie sous l'effet de l'alcool et la seconde le lendemain, après une bonne gueule de bois. Avec un tel comportement, vous risquez de redoubler...

vincy



(c) ECRAN NOIR 1996-2017