Choix du public :  
 
Nombre de votes : 386
 












 
Partager    twitter



festival-cannes.com
le site internet de riad sattouf
site internet du film

 

Les beaux gosses

Quinzaine des réalisateurs - Compétition
France / sortie le 10.06.2009


BIENVENUE DANS L’AGE INGRAT





- T’as vu ses yeux ? Ils sont bleus comme du canard WC.

14 ans, toujours puceau, même les hormones en folie. Riad Sattouf réalise ici un portrait d’adolescents qui sonne juste et qui fait rire. Les dialogues sont vifs et, contrairement � Cantet avec Entre les murs, il s’intéresse surtout � ce qu’il se passe hors-les-murs, avec la même volont� de coller au réel. Ainsi l’esprit est plus proche de son autre collègue de la BD ? Zep, et son héros des cours d’école, Titeuf. Le zizi sexuel est en effet très proche en terme d’obsessions pour ces camarades plus cruels les uns que les autres, et sans piti� dès qu’il s’agit d’humilier quelqu’un, de montrer qu’on n’est pas en bas de la hiérarchie. Leurs jugements intraitables sont même terrifiants. Il n’y en a pas un pour rattraper l’autre, qu’ils soient moches, bourges, forts ou faibles.

A ce titre, le casting est la grande réussite de cette comédie o� le rejet est le principal moteur du scénario. Cette incapacit� � exprimer ses sentiments croise cette angoisse de ne pas pouvoir être aim�. Le personnage d’Aurore illustre parfiatement et avec sensibilit� cette contradiction. Tous les ados ont la tête de l’emploi, et le réalisateur s’est aussi fait un plaisir de les mettre � contre-emploi, comme Camel, jeune beur de deuxième génération, mais fan d’Heavy Metal et fournisseur officiel en catalogues La Redoute � vintage �, quand les photos n’étaient pas retouchées.

Le beau moment que nous passons ne faiblit jamais. Les adultes ont leur part de gloire. Le copinage transgénérationnel est source de situations comiques. La franchise ne résoud rien qand il s’agit de sexe. Les branlettes, le porno, les roulages de pelles, le fétichisme ou les fantasmes : on passe en revue le quotidien sexuel de gamins qui apprennent � gérer les troubles de leurs émois.

Mais surtout, Sattouf, en en faisant une sorte de film catastrophe, avec un personnage branleur et sympathique, avec une brochette de bouffons immatures et insouciant (ou inconscients), offre une œuvre généreuse et optimiste, laissant la jeunesse � ses rêves, ne la jugeant jamais. Les beaux gosses auront tout le temps pour devenir sérieux et passer des chaussettes aux capotes.

vincy



(c) ECRAN NOIR 1996-2017