Choix du public :  
 
Nombre de votes : 277
 












 
Partager    twitter



festival-cannes.com

 

On ne devrait pas exister

Quinzaine des réalisateurs - Compétition
France / sortie le 24.05.06


LE PORNOGRAPHE





"Quand tu me vois, tu as un orgasme visuel."

Démarche sincère et non dénuée de risques. HPG tente d'exprimer le malaise viscéral d'un homme � qui toute reconnaissance est refusée, un hardeur paum� et malheureux qui souffre du regard foncièrement méprisant des autres. L'aspect grand guignol du film cache de nombreux moments d'émotion, malheureusement souvent balayés par les choix formels du réalisateur. Ses personnages vitupèrent, hurlent et s'insultent � tout bout de champ, dans de longues scènes confuses qui grèvent le capital sympathie de l'entreprise. Les face-�-face entre le héros et l'équipe du film ou les jeunes acteurs de l'audition pourraient ainsi être captivants s'ils n'étaient inaudibles, chacun parlant de son côt� sans souci de compréhension ni d'écoute. Entre le mépris des uns et la violence aveugle des autres, le spectateur est rapidement déboussol�.

Si l'on comprend qu'HPG est cherch� � créer un malaise salutaire et introspectif, on regrette qu'il n'ait pas su doser ses effets afin de laisser une plus grande place aux sentiments intérieurs des individus. Quelques scènes, tout de même, valent le détour. On adore notamment Condoman, Super Héros en combinaison rose moulante, avec sa ceinture de préservatifs et ses répliques définitives. De mauvais goût, oui, mais assum� avec une classe certaine. De même, les séquences d'interprétation théâtrale dégagent une fluidit� et une émotion énorme : d'un côt� la gestuelle tout en retenue et les regards brûlants de Marylou Berry et Rachida Brakni, de l'autre l'instabilit� physique et la diction heurtée du héros. L'espace de quelques instants, on capte la douleur d'Herv�, brutalement dépouill� de sa cuirasse protectrice.

Question mise � nu (au propre comme au figur�), toutefois, ce n'est pas le héros hardeur qui offre la meilleure prestation. Il préfère la laisser � sa compagne, Elsa Steyaert, bouleversante en petite fille victime d'abus sexuel qui hurle avec justesse sa rage et son dégoût. Une prestation qui prouve que radicalit� ne rime pas forcément avec outrance.

MpM



(c) ECRAN NOIR 1996-2017