39-98 | 99 | 00 | 01 | 02 | 03 | 04 | 05 | 06 | 07 | 08 | 09 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18


 
 
Choix du public :  
 
Nombre de votes : 16
 












 
Partager    twitter



festival-cannes.com

 

Operetta Tanukigoten (Princess Raccoon) (Operetta Tanukigoten (Princess Raccoon))

Sélection officielle - Séances spéciales
Chine


ZIYI IMPERATRICE





- Je ne vous hais point, mais pour mes parents, réincarnez-vous en un délicieux bouillon Tanuki !

Attention OVNI. Objet visuel non identifi�. Déconcertant. Aussi soyez prévenus. Entre œuvre pour cédérom et film hybride, Princesse Raccoon n’appartient � aucun genre. Ce conte asiatique mélange les influences et les directions artistiques : dessin anim� (notamment la trame sonore principale), séries télévisuelles japonaises (de type Power Rangers), estampes et autres esquisses au fusain, décors de théâtre N�. Et on en passe. Les effets visuels en rajoute une couche dans le surréalisme et même, parfois, l’abstrait. Rien n’est réel et tout est absurde.
Pass� la surprise visuelle, on s’interroge : kitsch laid ou singularit� détonante ? D’autant que la musique � du folklore mexicain au rap américain en passant par des sons de bal musette - en rajoute une couche (épaisse) pour souligner la diversit� et l’hétérogénéit� de l’ensemble. Ajoutons quelques chorégraphies approximatives, et nous pouvons craindre que le résultat soit en décalage de celui imagin�. D’autant que le final est interminable, bâcl� en terme de mise en scène, maladroit dans on découpage, mal écrit en général.
Alors face � tant de faiblesses, il faut vous l’avouer : le rire sauve tout. Tout est � prendre au second, troisième, trente-sixième degrés. La prise de risque en termes de narration et de direction artistique est assurément moins grande grâce � ce scénario décapant et délirant. Pensez que la Vierge Marie est en fait la Vierge Mamie ! Le jeu stylis� des comédiens et l’onirisme des images nous fait alors plonger dans un univers extra terrestre. N’est-ce pas aussi cela le cinéma ? Tout semble cohérent, pertinent.
Méliès n’est pas loin. Lewis Carroll non plus. En bonus, nous aurons le droit � un ninja d’Europe qui se transforme en pissoire, une grenouille dorée qui parle, un numéro de claquettes avec des sandales chinoises (grandiose), et cetera� Pour initiés seulement, finalement. Car par la puissance du Bouddha de miséricorde, cette Princesse Raccoon mériterait un spectacle � Chaillot !
En attendant, si vous allez le voir au cinéma, ne prenez pas la séance au sérieux. Riez de bon cœur, et goûtez � ces gamineries�

vincy



(c) ECRAN NOIR 1996-2019