Production : Helena productions, Radiant, Plan B, Warner Bors.
Réalisation : Wolfgang Petersen
Scénario : David Benioff, inspiré de l'Illiade d'Homère
Montage : Peter Honess
Photo : Roger Pratt
Décors : Nigel Phelps
Distribution : Warner Bros.
Musique : James Horner
Effets spéciaux : Nick Davis
Costumes: Bob Ringwood
Durée : 155 mn

 

Peter O Toole : Priam
Brad Pitt : Achille
Sean Bean : Ulysse
Julie Christie : Thétis
Diane Krger : Hélène
Brendan Gleeson : Ménélas
Brian Cox : Agamemnon
Orlando Bloom : Paris
Eric Bana : Hector

 

festival-cannes.com
site officiel du fil
orlando bloom
brad pitt

 

Troy (Troy - Troy)

Sélection officielle - Hors compétition
USA / sortie le 13.05.04

Tout le monde connaît l'Odyssée (qui tire son nom de son principal protagoniste, Ulysse, pas franchement à l'aise avec l'orientation puisqu'il mettra pas mal de temps à rejoindre Ithaque en partant de Troie) mais il y eut une prequel.




En effet, Ulysse (ici Sean Bean, d'habitude cantonné aux rôles de méchants ou de traîtres, ce qui est à peu près la même chose), est l'un des dignitaires grecs partis à l'assaut des remparts troyens. Homère, premier grand conteur de l'Histoire (le Spielberg version antiquité, à ne pas confondre avec la brocante), avait narré l'incroyable bataille de Troie, mélangeant luttes de pouvoir du Mont Olympe (la résidence des Dieux de la mythologie grecs) et tourments des êtres humains d'en-bas. La guerre de Troie a eu lieu, ou pas. Reste l'undes plus fascinants récits épiques de notre Histoire. Pour info, et juste pour étaler la mince couche de culture sur la tartine de neurones qui nous reste après ce genre de films, un poète latin (comprendre romain), fit une sequel à Troie, en suivant un autre prince, mais celui-ci troyen, le fameux Enée (ce qui donna l'Enéide), qu'on soupçonne d'avoir fondé Rome en des temps ancestraux. Autrement la revanche de la vengeance.
Ca donnerait une belle trilogie pour la Warner (déjà accoutumée avec les Matrix et Seigneur des Anneux. Mais il n'en est pour l'instant pas question.
En tout cas, célébrons le grand retour du Péplum (le mot a une signification : c'est une forme de toge portée par les femmes de l'époque), genre kitsch des années 50-60, qui réssucite depuis le triomphe dans les arènes (voter multiplexe le plus proche de chez vous) de Gladiator.
Troie ne devrait pas être aussi violent que le texte d'origine. Cependant, il faut noter que le tournage fut aussi "épique" que la Guerre imaginée par Homère. De Malte au Mexique, de Londres à Los Angeles, le film a subit les chaleurs extrêmes, les ouragans (détruisant les décors) et même, gag suprême idoine pour la presse people, un talon d'Achille brisé, celui de son acteur.
Brad Pitt, star du méga-projet, n'est plus à présenter. Le sex sylmbol qui se tape Jennifer Aniston n'a pas été vu sur les écrans depuis Spy Game, sorti fin 2001. Il a bien fait quelques apparitions amicales (pour Soderbergh et Clooney) et la voix dans un dessin animé, mais ça ne fait qu'alimenter filmographie et portefeuille.
Achille et son Talon ont la sinistre joie de partager l'affiche avec quelques funestes vedettes d'un autre niveau : le ténébreux Eric Bana (Hulk), le bellâtre Orlando Bloom (fameux Legolas et compagnon de Pirates des Caraïbes), Sean Bean ...
Tout ce beau monde pour une Hélène de Troie, mannequin germanique, fiancée à Guillaume Canet, déjà vue dans Mon idole, Michel Vaillant... Le grande belle qui monte.
Côté "vieux", la Warner a assuré le film d'un certain prestige : Brian Cox (Ken Loach, Spike Jonze, Wes Anderson, Jim Sheridan, ...), Brendan Gleeson (John Boorman, Jim Sheridan, Neil Jordan, Anthony Minghella...), Peter O'Toole (qui fut Lawrence of Arabia) et Julie Christie (qui fut l'objet de désir de Docteur Jivago).
Petersen flirte du côté de Lean? Nous serions très étonnés. Bien sûr on lui doit l'excelent Das Boot et le pas mauvais In the linde of fire. Mais bon, de Alerte! à Air Force One, de The Perfect storm à L'histoire sans fin, on a aussi la preuve qu'il gâche souvent ses très bons sujets avec une réalisation un peu lourde.
Malgré cela, avec un tel casting, un si grandiose marketing (merci Cannes) et une sortie mondiale aussi massive que 25 000 grecs allant se faire voir à Troie si ils y sont, on voit mal les spectateurs résister à un tel appel. Sauf ceux qui ont déjà piraté le film...

vincy



(c) ECRAN NOIR 1996-2017