Production : HB Filmes, Sony Pictures Classics, Globo Filmes, BR Petrobras
Réalisation : Hector Babenco
Scénario : Victor Navas, Fernand Bonassi, Hector Babenco
Montage : Mauro Alice
Photo : Walter Caravlho
Décors : Clovis Bueno
Distribution : Columbia Tristar
Son : Romeu Quinto
Musique : Andre Abujamra
Costumes: Cris Camargo
Maquillage : Gabi moraes
Directeur artistique : Vera Hamburger
Autres infos : d'après le livre de Drauzio Varella
Durée : 146 mn

 

Caio Blat : Deusdete
Milton Gonçalves : Chico
Luiz Carlos Vasconcelos : Le médecin
Rodrigo Santoro : Lady Di

 

festival-cannes.com
MascotPick.com

 

Carandiru

Sélection officielle - Compétition
Brésil

Alors que l'Amérique latine fournit un des cinémas les plus riches du moment - et les plus variés - notamment avec une nouvelle vague argentine, brésilienne et mexicaine, Cannes ne choisit qu'un cinéaste, et pas des plus jeunes, issu de ce continent. Babenco n'est pourtant pas le plus grand réalisateur de tous les temps en provenance d'Amérique du sud. Brésilien (amis avec des origines argentines), il avait déjà eu les honneurs du Festival de Cannes avec Le Baiser de la femme-araignée (prix d'interprétation masculine) en 1985 et C¦ur allumé (ratage dès l'allumage et film oublié) en 1998. Son film le plus marquant reste Pixote (1980). Celui-ci se déroule aussi en prison, comme Carandiru, nom du plus grand pénitencier du pays (à Sao Paulo). Comme La Cité de Dieu (qui aurait mérité la compétition et qui se retrouva hors compétition), le film est un portrait de la violence (inhérente au Brésil) et sur l'enfer d'un ghetto (ici carcéral) et des favellas. Des thèmes chers au nouveau Président nommé Lula.




Le film est l'adaptation d'un best-seller de Drauzio Varella, docteur qui officia bénévolement pendant dix ans dans cette prison.
Là bas, on s'entretue, on s'évade, on se bat, et on attrape le SIDA. En 1992, une rebellion conduisit à une intervention des forces policières qui se solda par le décompte macabre de 111 massacrés. Il faudra attendre 4 ans pour l'évacuer et transférer tous les prisonniers et 10 ans pour détruire les bâtiments. Le film, sorti en avril 2003 au Brésil, remporte un vif succès (1 million et demi d'entrées). On assiste vraisemblablement à une véritable renaissance du cinéma local. De nombreux jeunes comédiens ont participé à ce film, assurant ainsi la relève : Lazara Ramos (Woman on top, Madama Sata), Luiz Carlos Vasconcelos (Avril Brisé, La vie peu ordinaire de Dona Linhares), Rodrigo Santoro (Avril Brisé, Charlie's Angels 2), Caio Blat (Lavoura arcaica)

Vincy



(c) ECRAN NOIR 1996-2017