39-98 | 99 | 00 | 01 | 02 | 03 | 04 | 05 | 06 | 07 | 08 | 09 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19



Production : BBC Films, Thema Productions, Jada
Réalisation : Woody Allen
Scénario : Woody Allen
Montage : Alisa Lepselter
Photo : Remu Adefarasin
Décors : Jim Clay
Distribution : TFM
Musique : Verdi, Donizetti, Rossini, Lloyd Webber, Gomes
Durée : 123 mn

 

Jonathan Rhys-Meyers : Chris Wilton
Brian Cox : Alec Hewett
Matthew Goode : Tom Hewett
Emily Mortimer : Chloe Hewett Wilton
Scarlett Johansson : Nola Rice
Penelope Wilton : Eleanor Hewett

 

festival-cannes.com
site officiel en vf

 

Match Point (Match Point)

Sélection officielle - Hors compétition
/ sortie le 26.10.05

3 ans après Hollywood Ending et la "woodyallenmania" qui s'était abattue en début de festival de Cannes, le cinéaste revient, toujours hors-compétition, sur la Croisette. Si beaucoup pensent qu'il s'agit d'un des meilleurs films du festival, tous sont unanimes à dire que c'est, de très loin, le meilleur film du cinéaste depuis des lustres. C'est très simple : même ses bons "opus", divertissants, de ces quinze dernières années, baissent d'un cran dans notre estime après avoir vu Match Point.




Pourtant le film n'a rien à voir avec les précédents. Il s'agit, déjà, de sa premières oeuvre tournée en Grande Bretagne (on se souvient qu'Everyone says I love you avait voyagé à Venise et Paris). Londres par Woody Allen, c'est une jolie carte de visite pour la capitale. Celui qui a filmé New York sous toutes ses coutures, qui s'est moqué de Los Angeles, qui a fait une pub pour vendre la France en pleine francophobie américaine, a donc, en échange de quelques subventions, planté ses caméras dans une ville résolument moderne, et ayant, parfois, des accents "manhattanniens". Il s'est attaché à la capitale "futurement" olympique (pour des raisons financières, en partie, car Allen a de plus en plus de mal à réunir les fonds pour ses "modestes" budgets) et tourne actuellement sa nouvelle création. Avec Scarlett Johansson, encore. C'est la première fois depuis Farrow, qu'une comédienne joue deux fois de suite avec le cinéaste. Celle-ci - devenue culte depuis son Lost in Translation - a même annulé sa participation dans Mission:Impossible III pour que cela se fasse... Ironiquement, Jonathan Rhys-Meyers, son partenaire dans Match Point, a embarqué dans la grosse machine de Tom Cruise...
Mais la mutation se fait aussi dans l'histoire - pas drôle cette tragédie -, le format - une demi heure de plus -, la musique. Point de jazz, que du classique. Beaucoup de Verdi (et un soupçon de Bizet). Il a fallu sept semaines à l'été 2004 pour que la production soit bouclée. Hormis Johansson (américaine qui remplaçait Kate Winslet, occupée à sa vie familiale) et Rhys-Meyers (Irlandais pure souche), tous les autres comédiens sont britanniques. Il avait déjà dirigé quelques grands comédiens de la "perfide" Albion, comme Caine (Hannah et ses soeurs), Branagh (Celebrity), Hugh Grant (Escroc mais pas trop), Charlotte Rampling (Stardust Memories), Jonny Lee Miller (Melinda et Melinda), Samantha Morton (Sweet and Lowdown). " Pour une oreille américaine, l'Anglais parlé par les Britanniques a beaucoup de charme. Les dialogues dits par des acteurs anglais sonnent toujours incroyablement juste. Je ne vois pas vraiment de différence entre les acteurs britanniques et américains : si un acteur est doué, peu importe sa nationalité. Néanmoins, je trouve que les Anglais ont une façon de travailler vraiment épatante. Est-ce génétique ou dû à leur formation ? En tout cas, ils sont toujours extraordinaires," explique le réalisateur. Ici, il a travaillé avec la jolie Emily Mortimer (Young Adam, Dear Frankie, Coup de foudre à Notting Hill), le beau Matthew Goode (le prochain film d'Agnieszka Holland), Brian Cox (La mort dans la peau, Troie, X-Men 2, LIE, ...), Penelope Wilton (Calendar Girls, Shaun of the Dead), ...
Techniquement, le chef décorateur Jim Clay a pris une grande place dans le processus du tournage. Il a fallu reconstituer le musée Tate Modern mais aussi le Royal Opera House. Mais Allen a privilégié les décors naturels, comme pour ses films new yorkais. "Le ciel de Londres est très beau quand il est gris et couvert. Il faisait frais et la lumière un peu monochrome a tendance à saturer les couleurs des extérieurs, ce qui donne une très belle photo."
Le film devrait séduire au-delà du périmètre de fans. Grosse sortie de l'automne, et deuxième Woody de l'année, Match point pourrait renverser un peu la tendance au déclin du cinéaste.

vincy



(c) ECRAN NOIR 1996-2020