logo cannes 98actu cannes 98film cannes 98interview cannes 98special! cannes 98sea sex and sun cannes 98logo cannes 98
logo cannes 98

film et jury cannes 98selections cannes 98films en competition cannes 98films hors competition cannes 98critique cannes 98jury cannes 98logo cannes 98 LA VITA E BELLA
Grand Prix du Jury 98

La Vita e bella

Réalisateur: Roberto Benigni
Casting: Roberto Benigni, Nicoletta Braschi, Sergio Cantarini, Marisa Paredes, Horst Buchholz...
Film & Buzz
Fable en images
Roberto Benigni

Lhomme qui en savait trop
Il ny a que 2 références cinématographiques à La Vie est belle (film homonyme d'une oeuvre capraienne).
Le Dictateur de Chaplin et To be or not to be de Lubitsch, sans évidemment atteindre leur niveau. Les deux ont fait rire aux éclats avec l'horreur politique de la seconde guerre mondiale. Benigni s'attaque donc à un sujet impossible en comédie : l'holocauste.
Un an après La Tregua, présenté à Cannes, l'Italie continue de scruter son passé mussolinien, ses rapports troubles avec léEurope. Mais là il ne s'agit pas d'un drame. Tout est comédie. Et parfois onirisme.
D'ailleurs, c'est une histoire du style "Il était une fois" qui nous est racontée... A peine réaliste. De la pure fantaisie comme à la grande époque des Pains, amour et fantaisie qui révélèrent Gina Lollobrigida et parfois de la farce façon Marx Brothers. Et un ultime clin d'oeil final à Tex Avery.
La vie est belle et Benigni le prouve : pour lui rien n'est sérieux, tout prête à rire, et surtout la principale arme face à toute la bêtise humaine reste la dérision, et même l'auto-dérision.
Le film commence par sa rencontre avec la femme de sa vie, la Princesse. Un signe du destin qui ne le trompe pas.
Une grande partie de ce délire gestuel et verbal - italien quoi - dévoile gags et astuces sur la cour qu'il fait pour obtenir la belle. Burlesque, il se taille un vif succès avec des scènes de satyre politique (la soi-disant race supérieure), et d'autres purement Pierrot la lune (la soirée Offenbach). Une fois conquise, ils se marièrent et eurent un enfant...
Mais la guerre avait éclaté, la vie était moins belle.
Gonflé, Benigni n'hésite pas alors à plonger son personnage de clown et son enfant (ne se doutant de rien jusqu'à la fin) dans l'atmosphère dramatique dun camp de concentration. Là encore les rires continuent. Et même si l'émotion nous transperce à la fin, c'est justement la joie de voir que la vie est belle Ö selon la manière dont on la voit.

Prix qu'il pourrait obtenir
Scénario - Prix du jury - Palme d'Or


logo ecran noir

© Ecran Noir 1998

Synopsis:
Une histoire à la Mel Brooks (To be or not to be) où; une famille italo-juive est emportée dans un camp (dit de vacances) nazi lors d'une rafle. Pour dédramatiser la situation, le père fait croire que c'est un jeu, où les tortionnaires nazis sont des fonctionnaires chargés de faire respecter les règles de ce jeu. Le gros lot (la tombola) ? un vrai char d'assault.