39-98 | 99 | 00 | 01 | 02 | 03 | 04 | 05 | 06 | 07 | 08 | 09 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19


 
 
Choix du public :  
 
Nombre de votes : 2
 












 
Partager    twitter



festival-cannes.com

 

La vie invisible d'Euridice Gusmao (A Vida Invisível de Eurídice Gusmão)

Certain Regard
Brésil / sortie le 25.12.2019


LES FEMMES INVISIBLES





« Quand je joue, je disparais. »

Fresque mélodramatique, La vie invisible d’Euridice Gamoes se déroule durant toutes les années 1950 à Rio. Deux sœurs aussi différentes qu’attachées l’une à l’autre vont être séparées par le destin. Guida s’éprend d’un marin grec et s’exile à Athènes sur un coup de tête. Euridice va épouser un homme qu’elle connaît à peine tout en aspirant à entrer au conservatoire de musique de Vienne en Autriche.

Le destin étant imprévisible (et assez vache parfois), la sœur ainée va revenir au Brésil, enceinte, et sans mari. Son père la répudie, et elle va devoir affronter sa vie seule, sans famille, persuadée que Euridice est en Autriche. La cadette ne saura rien de cet épisode et ignorera que Guida est revenue de Grèce.

Le cinéaste brésilien Karim Aïnouz mêle ainsi deux histoires en parallèle au fil des étapes de la vie. La vie d’une déclassée qui va devoir se construire une nouvelle famille. Et celle d’une femme classique qui doit composer entre son rôle d’épouse et son rêve de devenir pianiste.

Malgré sa durée – 2h20 - La vie invisible d’Euridice Gamoes se regarde avec un plaisir indéniable, comme un feuilleton romanesque, dont tout le suspens est bâti sur des secrets et mensonges de famille. On veut savoir si les deux sœurs, malgré les embûches et les mensonges, finiront par se retrouver. Carol Duarte et Julia Stockler, qui ont finalement peu de temps ensemble, parviennent à faire exister leur relation dès les premières scènes. Deux comédiennes formidables qui habitent leur personnage avec ce qu’il faut de nuances (dramatiques pour Guida) et d’absences (répétées pour Euridice).

«- C’est quoi ?
- Un garçon.
- Tant mieux pour lui ! »


Mais au-delà de ce mélodrame poignant, Karim Aïnouz décrit surtout une époque où le patriarcat dominant dicte sa loi. Les femmes sont dans l’ombre, tantôt effacées, tantôt rabaissées. Des femmes domestiques. Sans mari, elles ne peuvent rien faire. Et leur mari décide de tout pour leur soi-disant bien. Jusqu’à leur mentir et causer l’irréparable. Cette soumission révoltante, coincée au siècle dernier, trouve deux échappatoires. Pour Guida, c’est l’amitié avec Filomena, femme indépendante qui sera comme sa nouvelle mère. Pour Euridice, c’est à la fois le piano qui l'évadera de son destin tout tracé de mère au foyer.

Si la situation semble désespérée, les personnages ne manquent pas de ferveur. Elles explorent tous les moyens pour se sortir du piège dans lequel on les a placées. La difficulté d’être une femme est aussi importante que ces éventuelles retrouvailles qu’on espère.

« J’ai besoin de t’écrire pour ne pas t’oublier. »

Le cinéaste s’amuse à nous faire croire que cela peut arriver. Notamment dans une scène, au restaurant, où les deux sœurs sont à quelques mètres l’un de l’autre. De quoi jouer avec nos nerfs. Le scénario distille ainsi plusieurs éléments a priori disparates pour rapprocher ou éloigner, ou même fourvoyer, les deux femmes. C’est ce qui rend si plaisant ce récit jusqu’au bout, aidé par une image séduisante, des comédiens très justes, et un découpage qui maintient l’intérêt tout en s’offrant quelques beaux moments oniriques. Ça aurait pu être une série, mais grâce à la mise en scène et une esthétique cinématographique, La vie invisible d’Euridice Gamoes est un tableau presque naturalistes de jeunes femmes magnifiées.

L’épilogue se déroule de nos jours, après une ellipse soudaine. Plutôt que de nous saturer d’informations sur les 60 ans qui ont passé, le réalisateur conclu son histoire de façon à comprendre la tragédie traversée par Euridice (désormais incarnée par la grande Fernanda Montenegro), qui aura décidément subit de nombreux outrages à cause de son père et de son mari. Bouleversante, cette fin, qui n’est pas forcément celle souhaitée, illustre finalement la force des mots et de la pensée pour que, même séparés par le temps, deux êtres qui s’aiment ne s’oublient jamais. Peu importe les actes manquées, ce qui frappe finalement c’est davantage l’invisibilité de l’une et de l’autre, cette vie traversée sans jamais pouvoir se « voir », même à distance, même dans un miroir.

vincy



(c) ECRAN NOIR 1996-2019