39-98 | 99 | 00 | 01 | 02 | 03 | 04 | 05 | 06 | 07 | 08 | 09 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18


 
 
Choix du public :  
 
Nombre de votes : 0
 












 
Partager    twitter



festival-cannes.com

 

Diamantino

Semaine critique - Films en sélection
/ sortie le 28.11.2018


CARTON D'OR





"Moi, je jouais mon propre rôle. L’imbécile de service. "

Supporter de la première heure ou allergique au foot, vous allez craquer pour Diamantino, le premier long métrage farfelu et iconoclaste de Gabriel Abrantes et Daniel Schmidt qui a fort justement remporté le Grand Prix de la Semaine de la Critique en mai 2018 à Cannes. Le film, qui mélange les genres et les sujets, raconte les mésaventures d’une star planétaire du ballon rond (la ressemblance avec Cristiano Ronaldo est parfaitement assumée, et le comédien Carloto Cotta s’en donne à cœur joie dans l’autodérision et la parodie) aux prises avec ses sœurs jumelles obsédées par l’argent, des agentes du FISC prêtes à tout pour le coincer pour fraude, et un gouvernement peu scrupuleux qui souhaite le cloner pour former la meilleure équipe du monde.

Jouant à fond la carte de la dérision, le film multiplie les gags et les audaces, les références et les outrances. Ainsi, le footballeur est un grand benêt crédule et naïf qui voit des chiots géants sur le terrain (entourés de fumée rose) au moment de marquer, porte des sous-vêtements à son nom et a le quotient intellectuel d’un enfant de huit ans. Par une suite de circonstances absolument savoureuses, il se retrouve aux prises avec une scientifique à moitié folle et des espionnes sexys, mais lesbiennes, qui ont des effets à la fois sur sa morphologie et sur sa libido.

On a l’impression d’être dans un James Bond plus absurde et déjanté que jamais, qui s’autoriserait toutes les irrévérences et les provocations, tout en proposant un regard extrêmement acéré sur le Portugal et les maux de la société contemporaine en général. Le film ne se contente en effet jamais d’être une satire (aussi excellente soit-elle) de la célébrité et de ses cultes, et n’hésite pas à aborder de front la crise des Panama papers et celle des réfugiés mais aussi les dangers de la dérive populiste qui menace l’Europe ou encore les risques des manipulations génétiques. Plus le scénario semble partir dans tous les sens, plus on jubile de son audace et de son extravagance. Non seulement les réalisateurs assument pleinement leurs excès, mais ils en font une force de frappe surpuissante au service d’un cinéma qui refuse de choisir entre divertissement et réflexion, et de ce fait accomplit des miracles dans les deux domaines. On peut bien vous le dire, maintenant : le vrai champion du monde 2018, c’est Diamantino, toutes catégories confondues.

MpM



(c) ECRAN NOIR 1996-2019