Choix du public :  
 
Nombre de votes : 208
 












 
Partager    twitter



festival-cannes.com
Distance, Cannes 2001

 

Nobody Knows (Nobody Knows)

Sélection officielle - Compétition
Japon


(EN)JEUX D’ENFANTS





- Il existe pour de vrai Totoro ?

Se frotter au monde de l’enfance n’est pas cinéma facile. Ce film de Kore-eda s’approche des précédents par la perte de l’être aim�, et ses rapports avec l’absence de l’autre. Comme dans son dernier film, Distance, Nobody Knows s’inspire d’un fait divers réel. Cependant, le film ne s’empare pas pleinement de son sujet, nous laissant justement � distance.
Au lieu d’explorer les tourments, de fouiller les émotions, de donner une dynamique � cette histoire relativement anecdotique, le cinéaste se laisse bercer tranquillement par sa vision nostalgique et naïve de l’enfance. Du coup le spectateur s’assoupit devant cette chronique saisonnière qui relève plus de la fable que de la réalit� sociale. Mais de ce point de vue, on pérférera l'enfemrement moite de The Hole de Tsai Ming-Liang.
Nous pourrions même nous croire dans un texte � la Delerm (père et fils) : les ongles sales, une valise rose, les baskets Adidas, les tatamis qui sentent l’herbe sauvage, les chocolats Apollo, l’odeur du vernis � ongle de maman, des chaussons qui font coin coin�
La lenteur, parfois exaspérante, surtout vers une fin interminable, maquille un vide scénaristique. Les adultes irresponsables et immatures (la mère n’est pas plus adulte que ses gamins, très autonomes, et pourtant presque illettrés) enferment les enfants qui aspirent � une vie sociable. Les machines et les jeux, tous pleins de bips, remplacent les parents. Les gosses apprennent � compter les yens comme d’autres font des exercices de calculs. Certes, les enfants s’émerveillent d’un rien, mais ça ne mène pas bien loin. Le film va faire défiler les saisons (on le saura en observant les arbres), sans grande imagination (même sur le plan visuel). Et puis, chaque règle édictée au début du film sera transgressée : la tentation du monde extérieur se fera plus pressante. Le seul suspens tient sur le retour hypothétique de la mère tandis que chaque rebondissement repose sur les défis lancés par les mômes.
A trop faire l’éloge de l’oisivet� comme vertu de l’innocence et du bonheur, � ne pas leur faire vraiment du mal, le cinéaste oublie de s’intéresser � l’atrocit� de la situation, et se complaît dans une forme d’allégorie sur un eden oubli�, celui d’avant l’adolescence.
Si l’on reste captif, c’est sans aucun doute grâce � ces protagonistes aux cheveux qui poussent : ces beaux sauvageons qui endossent des costumes trop grands pour eux ont un lourd bagage en héritage. Le final trop optimiste nous empêche de nous lier au propos et � la vision de son auteur.

vincy



(c) ECRAN NOIR 1996-2017