Choix du public :  
 
Nombre de votes : 30
 












 
Partager    twitter



festival-cannes.com

 

The Happiest Day in the Life of Olli Mäki (Hymyilevä Mies)

Certain Regard
Finlande


OUT OF THE BOXE





"C'est le pire moment pour être amoureux !"

Olli Mäki, boxeur finlandais professionnel des années 60, est au cœur de The happiest day in the life of Olli Mäki, un biopic qui ne dit pas son nom, et qui ne tombe d’ailleurs dans aucun des travers du genre. Non seulement il se contente de raconter un seul épisode de la vie du sportif, mais il ne s’embarrasse surtout d’aucun détail biographique. Au contraire, ce premier film finlandais plutôt atypique traite son protagoniste principal comme un pur personnage de fiction, archétype d’anti-héros simple et modeste, un peu lunaire et peu contrariant, propulsé malgré lui sur le devant de la scène. Lancé dans un combat de boxe d'envergure internationale dans une catégorie qui n'est pas la sienne et face à un adversaire d'un niveau largement supérieur au sien, cet ancien amateur se retrouve en effet transformé par la magie des médias et du marketing en héros national sur qui repose l'avenir de son pays.

Filmé avec délicatesse dans un noir et blanc très atemporel, le film moque ainsi gentiment les débuts de la médiatisation à outrance et la fabrique de célébrités pour l'alimenter. Pour cela, Juho Kuosmanen dessine un personnage qui semble toujours un peu "à côté" de l'action et de lui-même, et pour lequel les autres poursuivent un rêve qui n'est pas le sien. De ce décalage nait l'humour des situations, comme les séances photos toujours un peu ridicules, la conférence de presse où il est trop sincère, ou encore la "reconstitution" complètement artificielle de la réalité pour la caméra de télévision qui le suit partout.

Les scènes assez courtes, souvent peu dialoguées, sont légères et amusantes, mais aussi souvent assez anecdotiques. On est dans un cinéma suspendu qui dit peu de choses et passe par les plus petits détails pour saisir l'air du temps et la contradiction évidente entre les aspirations des différents personnages et leurs existences contrariées. Cela n'empêche pas le film de s'emparer des codes traditionnels du film de boxe (entraînements, pesées, combats...) qui apportent autant de contrepoints aux doutes et interrogations du personnage central, pris dans un mécanisme implacable dont il ne peut s'extraire.

Au fond, le film délivre le message plutôt simple (si ce n'est simpliste) d'un bonheur personnel qui n'a rien à voir avec les honneurs, l'ambition, la célébrité ou l'argent. Cela semble évidemment inattaquable, mais c'est aussi un peu court, voire naïf, et pas forcément utile. Formellement, le film est en effet plus intéressant lorsqu'il joue la carte de la comédie ténue où une certaine mélancolie le dispute sans cesse à la bonne humeur. La version finlandaise du feel good movie, en somme.

MpM



(c) ECRAN NOIR 1996-2017