Choix du public :  
 
Nombre de votes : 29
 












 
Partager    twitter



festival-cannes.com
site internet du film

 

Les ponts de Sarajevo

Sélection officielle - Séances spéciales
/ sortie le 02.07.2014


LA CITE DES ENFANTS PERDUS





"Sortir de la maison était comme jouer à la roulette russe."

Au même titre que Paris ou New York, Sarajevo, la capitale de Bosnie-Herzégovine, a désormais son film collectif. Les ponts de Sarajevo qui célèbre à sa manière le centenaire de l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand le 28 juin 1914, réunit treize points de vue de cinéastes européens sur le passé douloureux de la ville, sa place dans l’Histoire du XXe siècle et son présent où tout reste à inventer.

Pour célébrer celle qui fut longtemps le "joyau des Balkans", des réalisateurs d'origines et de générations différentes posent chacun un regard bienveillant et sensible sur ses rues, ses habitants, sa singularité et ses failles. On retrouve Jean-Luc Godard qui la connaît depuis longtemps (Je vous salue Sarajevo en 1993), mais aussi Aida Begic, Cristi Puiu, Isild Le Besco… Entre chaque volet du film, une partie animée signée François Schuiten et Lui da Matta Almeida retrace avec poésie et finesse les grandes lignes de l’histoire de la ville : le pont entre ses deux rives est constitué de mains qui se tendent l'une vers l'autre, puis est illuminé par un feu d'artifices, ou remplacé par un pont de livres. Des cercueils, aussi, passent en-dessous.

Comme souvent dans ce genre d’exercice, le résultat est plutôt inégal, oscillant entre propos convenus et blagues potaches, déferlement d’émotions, parenthèses poétiques et moments de grâce. On n’échappe pas à une certaine énumération de tout ce qu’évoque Sarajevo dans l’imaginaire collectif, à commencer par l'assassinat de l'archiduc François Ferdinand qui provoqua la première guerre mondiale, et les questions que cet assassinat pose encore aujourd’hui (pour certains, Gavrilo Princip est un héros qui se battait pour voir le peuple slave se libérer du joug autrichien), ou encore le terrible siège que connut la ville et à la guerre immonde qui déchira le pays.

Parmi ces passages obligés, quelques films tirent leur épingle du jeu. L'un des plus réussis est ainsi celui du Roumain Cristian Puiu (Réveillon) qui décortique en quelques minutes les clichés raciaux et xénophobes qui sont à l'origine de tous les traumatismes de la ville. Avec beaucoup d'humour, il rappelle ainsi que la haine et les préjugés n'engendrent que la destruction et le chaos. Une leçon dont il est inutile de souligner, aujourd’hui encore, l’absolue nécessité.

Un autre film semble emprunter les célèbres répliques d'Hiroshima mon amour : "Tu n'as rien vu à Sarajevo" dit un homme à son frère trop jeune pour se souvenir des horreurs de la guerre (Le voyage de Zan de Marc Recha). C'est donc l'occasion de lui raconter le siège : "sortir de la maison était comme jouer à la roulette russe", explique-t-il. Dans le même esprit, Aida Begic (Album) a recueilli le témoignage de certains habitants de la ville sur leur vie pendant le siège : la faim, le froid, la mort qui rôde, les bombes qui pleuvent, l'horreur qui se déroule chaque jour au beau milieu de la rue... Et puis, en guise de conclusion, un ballon qui roule au milieu de centaines de tombes dans Silence Mujo d’Ursula Meier, et qui atterrit "entre le petit frère et la belle sœur" d’une femme qui le regarde mélancoliquement rouler.

Presque sans paroles, tout est dit. Mais les images et les sons se dédoublent. A l'écran, c’est Sarajevo la sacrifiée, mais dans nos têtes apparaissent Grozny, Olms, Tombouctou, Benghazi, Bangui... Autant d'échos d'une histoire terrifiante qui n'en finit plus de se répéter.

MpM



(c) ECRAN NOIR 1996-2017