Choix du public :  
 
Nombre de votes : 57
 












 
Partager    twitter



festival-cannes.com
Chasseurs de Dragons
site internet de la franchise

 

Dragons 2 (How To Train Your Dragon 2)

Sélection officielle - Hors compétition
USA / sortie le 02.07.2014


FAST, FIRE & FURIOUS





«- Tu vois de qui je tiens mon sens du spectacle !» Après un premier épisode réussi – Chasseurs de Dragons, DreamWorks se risque à faire de son histoire de vikings une franchise. Celle-ci semble pour l’instant la plus aboutie du studio (Shrek, Madagascar, Kung-fu Panda) grâce à un deuxième volet très divertissant.

Bien sûr, nous n’échappons pas à un humour tout public, de la musique en surdose, des moutons qu’on croirait échapper des studios Aardman et d’une action vertigineuse (mais assez classique) toutes les 7 minutes. Cependant la solidité de cette série prend ses racines dans les personnages. Si on peut se désoler qu’Astrid, championne à l’égale des hommes, s’efface trop vite, un autre personnage féminin, résolument moderne (ah la voix de Cate Blanchett !) surgit dans le récit. Mais c’est évidemment Harold, le héros unijambiste, qui retient toute notre attention : les animateurs ont su restituer une palette impressionnante d’émotions. En cherchant qui il est vraiment, ne sentant pas l’âme d’un chef et préférant explorer le monde, il conduit l’histoire vers une tragédie familiale, sans le savoir. Son alter-ego ailé, sort de gros matou parmi les dragons plutôt fidèles comme des chiens, amène la dose d’affection nécessaire.

Il en faut tant l’histoire s’avèrera assez dramatique – on flirte avec Disney, on s’éloigne des fantaisies des autres DreamWorks. C’est sans doute pour cette raison que cette franchise séduit davantage que les autres. Elle donne de l’importance aux sentiments, aux relations humaines, sans passer par la farce ou la psychologie de comptoir, sans avoir besoin de faire appel à un groupe complémentaire ou des références appuyées à des films cultes.

Pourtant, en terme de référence, il y en a une qui saute aux yeux dans cet épisode. Princesse Mononoke. Plus de grand élan dans une forêt cachée, mais un immense dragon blanc reposant dans une grotte paradisiaque. L’esprit de tous les dragons. L’Alpha qui sert d’oméga à son espèce. Et lorsqu’il s’agira d’aller affronter son antechrist, un Alpha au service de l’infâme Dario, nous serons plongés dans un combat digne de Goldorak contre les Golgoths, une sorte de choc de Mammouths, où, en parallèle, deux grands guerriers vikings vont aussi s’affronter. On en reste toujours à la force obscure versus l’esprit éclairé. C’est vieux comme les contes et légendes.

Ce qui surprend, c’est notre angoisse. On a beau savoir que tout va bien se terminer, le scénario est suffisamment bien construit pour nous faire craindre le pire, car le pire peut arriver. Dragons 2 ne fait pas l’impasse sur la sensibilité de ses héros ni sur la cruauté de la vie ni même sur la culpabilité des gentils. La série d’épreuves d’Harold, véritable parcours du combattant pour gagner ses galons de chef, est aussi intime que collective. On peut toujours vouloir chercher le sens métaphorique qui relierait cette fiction : il n’y en a pas. Nulle réalité à laquelle se raccrocher. Dragons est un conte où l’on apprend que tout n’est ni noir ni blanc. D’ailleurs, malgré le deuil, malgré la glace, c’est un univers chatoyant que les créateurs se sont amusés à imaginer. Un film haut en couleurs !

vincy



(c) ECRAN NOIR 1996-2017