39-98 | 99 | 00 | 01 | 02 | 03 | 04 | 05 | 06 | 07 | 08 | 09 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18


 
 
Choix du public :  
 
Nombre de votes : 14
 












 
Partager    twitter



festival-cannes.com
interview M. Amalric sur EN
Mathieu Amalric sur EN
Michèle Laroque sur EN

 

la chose publique

Quinzaine des réalisateurs - Compétition
France / sortie le septembre 2003


LE LIT NATIONAL





La France d’en bas et la vidéo.

Mathieu Amalric joue avec les passerelles qui conduisent de la réalité à la fiction. Son film est construit comme une poupée russe. Il y a d’abord l’histoire d’amour finissante d’un réalisateur de gauche, Philippe Roberts, et d’une actrice, Julia. Il y a ensuite l’intrigue rocambolesque du « Lit national » (un clin d’œil au lit conjugal), un film dans le film réalisé par ledit Philippe, puis des bouts de réel tournés pendant les élections présidentielles de 2002 par une amie d’Amalric, Pamela Varela. On y voit Catherine Mégret interrogée sur la loi sur la parité, Jean-Pierre Chevènement en campagne entouré de ses partisans, Roselyne Bachelot à une soirée organisée par « Elle », un discours de Chirac à la télévision… L’intrigue se calque sur l’esprit confus de Philippe dont la relation amoureuse va à vau-l’eau. Il introduit des éléments de sa vie personnelle dans son film, en se servant des images de son quotidien avec Julia qu’il filme presque sans interruption (pour retenir le temps qui passe ?). Leur chambre, leurs ébats, leur rupture. La caméra est le témoin privilégié de leur intimité. Une idée qui avait également servi de fil conducteur au premier film de Roman Coppola, « CQ » dans un genre nettement plus léger. La comparaison s’arrête là. « La chose publique » regorge de réflexions non abouties sur l’image, le monde politique et les histoires d’amour qui finissent mal. Le tout servi par humour désopilant, de bons dialogues et d’excellents acteurs, en particulier (la trop rare) Anne Alvaro qui incarne ici Julia. Michèle Laroque et Bernard Ménez (bien assortis) tiennent les premiers rôles du « Lit national ». Ils apportent une touche comique au film et font preuve d’une patience extrême face à l’indécision de Philippe (et d’Amalric ?) qui modifie son scénario tous les jours.

Vanessa

Vanessa



(c) ECRAN NOIR 1996-2018