Choix du public :  
 
Nombre de votes : 70
 












 
Partager    twitter



festival-cannes.com
Interview de David Lowery, réalisateur
Page Facebook du film
site internet français

 

Les amants du Texas (Ain t Them Bodies Saints)

Semaine critique - Séances spéciales
USA / sortie le 18.09.2013


LA DÉLICATESSE





Les histoires d’amour finissent mal en général, c’est ce que raconte une chanson et aussi bien des films. Qu’importe la fin ou même le début d’ailleurs, l’amour est d’abord une histoire qu’on se raconte. Et le réalisateur David Lowery se révèle un conteur hors pairs avec son film Les Amants du Texas : autant en emporte l’amour.

Le prologue qui ouvre le film est d’une beaut� et d’une simplicit� sidéranteS. Un couple de hors-la-loi est emmen� par des policiers avec des menottes, ces anneaux aux poignets qui entravent leur libert� va libérer leur promesse d’un anneau au doigt : � Je ne veux pas aller en prison, je vais avoir un béb� �. Rooney Mara et Casey Affleck vivaient d’aventures avant d’être capturés par les forces de l’ordre après une fusillade. On les découvre et pourtant c'est la dernière fois, avant longtemps, qu'ils sont réunis amoureux... Ces quelques minutes de prologue présente � la fois l’essence du récit (le serment de s’aimer toujours) et représente en même temps la quintessence du souvenir (l’espérance de s’aimer encore). Et si le début du film est autant fragile que merveilleux, le reste du film l’est tout autant.

Les Amants du Texas s’inspire de tout le folklore du western (couple de hors-la-loi, shérif, butin, chasseurs de primes�) mais se repose sur une trame relativement simple : un couple sépar� depuis plusieurs années qui essaie de se retrouver. C’est la manière très particulière de filmer cette histoire qui rend le film si différent des autres. Le réalisateur David Lowery évite les grandes scènes d’action pour explorer les petits moments d’hésitation. Ce que disent les personnages avec leurs gestes est tout aussi important que ce qu’ils ne disent pas avec leurs yeux. Ils sont tout le long du film baignés dans une lumière de clairs-obscurs qui fait apercevoir leurs doutes. En filmant de manière sensible ce qu’est leur amour devenu, le réalisateur (Casey Affleck, Rooney Mara et Ben Foster avec lui) évoque une délicate mélancolie.

David Lowery réussi le pari de faire de son petit film intimiste un grand film romantique. Il y a la tentation d’y trouver une filiation avec Terrence Malick mais cela semble être un raccourcis trop rapide, il va probablement se révéler par la suite plus comme un cousin de P.T. Anderson déj� arriv� � la maturit� d’un There will be blood. David Lowery se montre déj� comme un esthète de l’image en restant centr� sur les visages de ses personnages avec une narration qui évolue par ellipse. Son envie d’un cinéma très classique sans vraiment de fioritures et sa foi pour proposer une romance intemporelle idéaliste est captivante. Avec Les Amants du Texas souffle comme une élégance sublime.

kristofy



(c) ECRAN NOIR 1996-2017