Choix du public :  
 
Nombre de votes : 67
 












 
Partager    twitter



festival-cannes.com
Grand Central dans notre rubrique o&

 

Grand Central

Certain Regard
France / sortie le 28.08.2013


BOMBE HUMAINE





"- Gary ?
- Oui ? Quoi ?
- Rien...
"

Dès les premiers plans, on est pris � la gorge par une ambiance assez étouffante : � bord d'un train, Gary (Tahar Rahim) se fait voler son portefeuille et va aussitôt le récupérer auprès de son pickpocket, qui deviendra par la suite un ami. � la recherche d'un travail qui rapporte vite, les deux hommes s'embarquent dans une centrale nucléaire, quitte � risquer de se prendre � la dose � et d'en mourir. En entrant dans cet univers si particulier, Gary va se créer une nouvelle famille et tomber amoureux de Karole (Léa Seydoux), blonde pulpeuse, avec «le feu au cul� et surtout fiancée � de l'un de ses amis.

Présent� au Champs-Elysées Film festival, après son passage cannois, Grand Central avait l'air d'être croustillant... mais en avait l'air uniquement! Tous les ingrédients étaient a priori attractifs : des acteurs prodigieux, un amour secret entre les deux protagonistes et un sujet sensible (le travail dans une centrale nucléaire), mais voil�, bien que les critiques soient pour la plupart positives, � nos yeux, Rebecca Zlotowski n'a pas su creuser la relation entre les deux personnages principaux. Malgr� quelques échanges de regards sensuels, les scènes d'amour sont trop furtives pour une passion censée être dévorante et incontrôlable. Sans compter le clich� ambulant que représente Karole, blonde sexy, sans personnalit� et pas franchement farouche. On ne croit tout simplement pas � ce prétendu coup de foudre.

Quant au milieu des ouvriers du nucléaire, quoi que décrit avec une précision chirurgicale et une tension permanente, il n'arrive finalement pas au paroxysme attendu. Le scénario se focalise tant sur le trio amoureux que la centrale, mystérieuse et fascinante, semble n’être finalement qu’un décor un peu artificiel, � l’image de ce monde ouvrier plein de stéréotypes faciles, voire blessants. Résultat : une romance creuse et faussement intense, que même le talent immense des deux acteurs ne parvient pas � tirer vers le haut, et un film social lent et inégal qui n'est hélas pas sauv� par les trop rares moments de grâce.

Cynthia



(c) ECRAN NOIR 1996-2017