Choix du public :  
 
Nombre de votes : 80
 












 
Partager    twitter



festival-cannes.com

 

Only Lovers Left Alive

Sélection officielle - Compétition
USA


VAMPIRE’S POETRY





Tu as manqu� le plus drôle : les Barbares, le Moyen âge, l’Inquisition, les inondations, les épidémies�

Cela débute avec les étoiles. La caméra tourbillonne et les astres se métamorphosent en un disque vinyle qui tourne. Puis l’image continue son mouvement en spirale du ciel vers la terre, du plafond vers le sol, en s’approchant de deux êtres immobiles : Eve dans un palais marocain, Adam dans un manoir de Detroit. Rarement l’introduction d’un film n’a ét� aussi hypnotique. Nous resterons en état de lévitation durant les deux heures de ce voyage amoureux � l’atmosphère vaporeuse.

Jim Jarmusch a toujours aim� détourner les genres : � partir d’une histoire de vampires, tout en en respectant les codes - gestes rapides, le goût sang, soleil fatal, immortalit� � Only Lovers Left Alive se révèle être une sublime histoire d’amour. Un drame romantique qui donne le vertige par sa puissance visuelle, sa musique formidable, ses dialogues intelligents, fins et drôles.

Cependant, cette grande fresque romanesque � éloge de la hauteur et de la lenteur - se distingue par son humour et sa profondeur intellectuelle, épurée de tout didactisme. Ainsi Eve a pour bagage la littérature � peu importe la langue, tous les chefs d’œuvre sont égaux � et Adam est obséd� par la musique � langage universel par excellence. De références en citations, de débats en souvenirs, le couple nous fait voyager dans le temps, autour du monde et constate l’obscurantisme de l’époque actuelle, tout comme la puérilit� des � zombies �, pauvres humains déj� morts avant d’être vivants. Le second degr� et la dérision rendent les dialogues savoureux, pour ne pas dire exquis � ceux qui reconnaîtront les clins d’œil littéraires ou savants.

Pour composer ses variations philosophiques et son hommage aux grands hommes qui ont enrichit nos civilisations, Jarmusch oppose la vision d’une Reine blanche � Tilda Swinton, somptueuse, au jeu subtil jusqu’à ce frémissement des lèvres � la vue de l’hémoglobine � plutôt optimiste et d’un Prince noir � Tom Hiddleston, aussi beau que charismatique � sombrant dans la dépression suicidaire comme un génial poète incapable de profiter de la vie, après avoir multiplier les mauvaises fréquentations. C’est ce choc des visions qui sera l’essence du film. Deux esprits connectés, deux vies séparées alors qu’ils sont inséparables : tout est dans cette parabole. Elle réside � Tanger, croisement des cultures par excellence, ville d’un pays émergeant, lieu de villégiature de tant d’écrivains ; lui loge � Detroit, métropole aux usines fermées, aux maisons abandonnées, symbolisant le déclin de l’occident, et autrefois capitale des musiques R&B, soul et même hip-hop. Et lorsque leurs corps immaculés fusionnent de nouveau, réunis au même endroit, ne pouvant presque plus se décoller l’un de l’autre, le film les sublime avec une image plus proche d’un tableau de grand maître et qui nous hantera longtemps.

A partir de ces éléments, le cinéaste construit un récit aussi enivrant qu’une flasque remplie de délicieux sang O négatif. Entre relativisme et absolu, dépression (ceux qui regrettent toujours le pass�, transcend� par leur mémoire) et destruction (ceux qui vivent dans le présent sans se soucier de l’Histoire), Jarmusch nous guide vers une réflexion très juste sur l’état d’un monde en mutation. L’histoire se répète � � errare humanum est � - mais ses cycles lui permettent d’évoluer. Du sang contamin� qui empoisonne zombies et vampires � la superficialit� d’une jeunesse désoeuvrée (la petite sœur vit � L.A. c’est tout dire), l’errance � structure narrative essentielle dans l’œuvre du réalisateur� aurait pu être une longue désespérance. Optimiste, comme sa muse, il préfère croire � une Renaissance prochaine, dans un monde métiss�.

Mais Only Lovers Left Alive, comédie musicale, fantomatique et nocturne, est avant tout existentialiste. � Quel chef-d'œuvre que l'homme ! qu'il est élev� en intelligence ! que ses facultés sont infinies! quelle admirable expression dans sa forme et dans ses mouvements ! ... � mes yeux, qu'est-ce que cette précieuse quintessence de la poussière ? � citant Hamlet. Tous les hommes sont mortels écrivait De Beauvoir - sauf les Vampires ajoute Jarmusch (et c’est bien le problème d’Adam qui veut en finir). Plutôt que de les dépeindre en cyniques déshumanisés, le cinéaste préfère les rendre rock, ironique, passionnés. Géniaux et demi-démiurges (comme il y a des demi-Dieux) .
L’éternit� c’est long� surtout vers la fin � comme le disait Woody Allen. Et bien, la fin justement est � croquer. A pleines dents, comme la vie.

vincy



(c) ECRAN NOIR 1996-2017