39-98 | 99 | 00 | 01 | 02 | 03 | 04 | 05 | 06 | 07 | 08 | 09 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18


 
 
Choix du public :  
 
Nombre de votes : 16
 












 
Partager    twitter



festival-cannes.com
site internet du film

 

Grigris

Sélection officielle - Compétition
/ sortie le 28.08.2013


UN HOMME QUI DANSE





"- C'est l'heure de la prière !
- Laisse-le dormir. Il a toute la vie pour prier.
"

Grigris est un conte naïf écrit sur mesure pour Souleymane Démé, danseur handicapé de la jambe gauche. Il y incarne un jeune homme plein de ressources qui croit en la vie, et est prêt à tout pour atteindre son but. Comme l'allégorie d'un pays, voire d'un continent, qui, malgré ses difficultés sociales et économiques, avance vers un destin meilleur. A l'image du personnage, son salut passe d'ailleurs par les femmes, la solidarité et la tolérance.

Joli message véhiculé par ce vrai-faux polar aux allures à la fois documentaires et stylisées, auquel la séquence finale donne tout son sens. Pourtant, le film en lui-même peine à être à la hauteur de ses ambitions. Long et relâché, il se perd dans une narration assez décousue et des rebondissements on ne peut plus convenus. Comme si le réalisateur cherchait à étirer artificiellement l'intrigue.

Les personnages manquent aussi d'une réelle épaisseur pour exister au-delà du stéréotype handicapé débrouillard mais pas très malin / prostituée au grand cœur et à l'âme pure. Ces deux êtres dysfonctionnels se reconnaissent un peu facilement comme des âmes sœurs, livrant une histoire d'amour joyeuse et légère en contraste avec le contexte social dans lequel ils évoluent.

Mahamat-Saleh Haroun montre en effet fugacement une société dans laquelle il est difficile de s'en sortir par des moyens légaux. Les trafics en tout genre (ici, celui de l'essence), la violence et la prostitution sont les rares débouchés possibles. Le monde de la nuit attire ainsi une jeunesse soucieuse de briller de mille feux, et sans réelle perspective d'avenir.

Pourtant le constat du réalisateur n'est pas totalement pessimiste, puisqu'il offre à ses personnages un nouveau départ plein d'espoir, au sein d'une communauté soudée, bienveillante et solidaire. Un happy end sans doute un peu utopique, mais qui s'inscrit parfaitement dans le logique du conte.

MpM



(c) ECRAN NOIR 1996-2018