39-98 | 99 | 00 | 01 | 02 | 03 | 04 | 05 | 06 | 07 | 08 | 09 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19


 
 
Choix du public :  
 
Nombre de votes : 21
 












 
Partager    twitter



festival-cannes.com
Qui était le professeur Charcot ? (wikipédia)

 

Augustine

Semaine critique - Séances spéciales
France / sortie le 07.11.2012


APATHIE





Etrangement, ce film sur l'hystérie féminine nous rend apathique. Comme anesthési�. Ce n'est pas la faute des comédiens. Soko est idéalement choisie et magnétique. Vincent Lindon confirme son statut de meilleur comédien de sa génération (et sans doute celui qui a le plus de flair pour les rôles a priori ordinaires et finalement casse-gueule). Chaiara Mastroïanni ne manque pas de grâce.
La direction artistique dans son ensemble n'est pas plus responsable : l'image est soignée, les décors et les costumes fidèlement restitués. Mais, � l'instar d'A Dangerous method, Alice Winocour ne sait pas comment se départir de son sujet, film� cliniquement, et sans passion. Elle ne sait pas plus se détacher de l'influence revendiquée de Cronenberg, en filmant une liaison sulfureuse de manière trop prévisible.

Certes, il y a ce petit émoustillemment érotique, ces conflits verbaux, ces crises existentielles pour donner au film une tension, une angoisse. C'est surtout aid�, � l'écriture, par les personnages antagonistes d'Augustine et Charcot, l'une sauvage et indomptable, l'autre enfermant ses émotions. Winocour appuie sur les allégories, bestiaire � l'appui. L'homme est un animal, etc... clichés maintes fois vus.
Certes, le film peut se voir avec le plaisir pervers d'un voyeurisme subit. Et puis ce clash entre deux êtres aussi différents fascine : mais on est las assez rapidement de constater que la réalisatrice ne sort pas de cette opposition binaire : le bourgeois contre la marginale, l'homme savant contre la femme ignorante, la science contre la nature, ...

Augustine, film SM (option domination) qui ne l'ignore pas, ne transgresse pourtant pas grand chose, hormis un hymne au féminisme maladroit. On reste davantage fascinés par l'ambivalence des scènes de soin, quand le geste médical fait écho inconsciemment � un geste sexuel.

Mais, en l'absence de réelle sensualit� visuelle, de mise en scène charnelle, parce que Winocour a ét� trop cérébrale, trop réfléchie, Augustine ne se hisse pas au niveau d'autres contemporains comme Kechiche.

vincy



(c) ECRAN NOIR 1996-2019