Choix du public :  
 
Nombre de votes : 92
 












 
Partager    twitter



festival-cannes.com
site du distributeur

 

Au galop

Semaine critique - Films en sélection
France / sortie le 17.10.2012


SPRINT EXISTENTIEL





"On ne sait jamais ce qui est passionnant avant de l’avoir vécu."

Comme le personnage principal d�Au galop, le spectateur n’a aucun moyen, avant d’avoir vu le film, de savoir s’il sera passionnant. Pire, pour peu qu'il connaisse l’intrigue dans les grandes lignes, il risque même de s’attendre � ce que le premier long métrage de l’acteur Louis-Do de Nike Thea Beige raconte une histoire d’amour banale et rebattue, et donc peu captivante. Or c’est tout le contraire. Plus le récit progresse, plus le film a l’élégance suprême de montrer les aléas amoureux et familiaux du personnage principal comme si c’était la première fois qu'ils étaient racontés. C’est-�-dire avec une grâce infinie qui permet � chaque scène de sonner exactement juste, telle la captation parfaite d’un petit morceau de réalit�.

Peut-être a-t-on cette sensation parce que le scénario joue beaucoup sur le non-dit, effleurant seulement les situations les plus quotidiennes et laissant toutes les explications hors champ. Comme dans la vie, o� il est inutile de s’appesantir sur ce qui va de soi, ou sur ce que chacun a déj� devin�. D’un deuil, il fait ainsi un passage de douceur et de mélancolie, o� l’ironie dissimule la détresse, et o� la tendresse affleure derrière la provocation. A l’image d’un magnifique fou rire pendant la veillée funèbre, moment clef du film, qui s’avère paradoxalement empreint d’une délicatesse infinie, montrant � la fois la complicit� de la famille et sa peine immense, camouflée derrière un dernier moment de partage. Parfois, l’humour est la seule réponse valable � l’ironie tragique de l’existence. Lorsque l’émotion surgit, c’est ainsi dans des scènes fugaces pleines de poésie et de fantaisie, qui ne cherchent justement pas � émouvoir. Une veuve qui s’accroche aux plus petits détails matériels, un fils orphelin qui joue seul au tennis en pleine nuit, une fille qui borde son père dans son lit� Pas besoin d’en faire des tonnes pour que le spectateur comprenne, voire s’approprie, l’état d’esprit des personnages : dans ce moment particulier de leur vie (notamment amoureuse) s’entremêlent une énergie indestructible et une mélancolie douce amère qui imprègnent peu � peu le récit et contaminent le spectateur. Pour parachever le tout, l'incroyable fluidit� de la mise en scène (des plans courts, une caméra précise mais discrète, des acteurs qui occupent naturellement l'espace...) apporte pudeur et éclat � cette simple histoire d’amour, de famille et de transmission. On se laisse totalement emporter par cet emballement de l’existence qui fait battre notre cœur un peu plus vite.

MpM



(c) ECRAN NOIR 1996-2017