Choix du public :  
 
Nombre de votes : 176
 












 
Partager    twitter



festival-cannes.com
site internet du film
Madagascar 1
Madagascar 2

 

Madagascar 3 : Bons baisers d'Europe (Madagascar 3: Europe's Most Wanted)

Sélection officielle - Hors compétition
USA / sortie le 06.06.2012


VOYAGE DÉSORGANISÉ





« - On achètera un A380.
- En or massif !
»

Rien de neuf sous le soleil de l'Afrique où nous avions laissé le quatuor animalier et leur bande. Ici le ticket retour fait des escales à Monte Carlos, en Italie, à Londres avant de se poser pour un final New yorkais. plus court, divertissant et très rythmé, le nouveau film d'animation DreamWorks ne manque pas de peps mais souffre, comme toutes les œuvres du studio d'un scénario sans réelle profondeur, ni même d'un moindre message. Peu importe comment ces zozos échappés du zoo arrivent sur la Cote d'Azur, ce qui compte c'est de donner du mouvement, de ne jamais s'ennuyer. L'action, dans le genre bulldozer, est trépidante et renvoie La Coccinelle à Monte Carlos (Disney) au rayon des pièces usagées dans le genre.

A l'instar de cette histoire, il s'agit d'un grand cirque, foisonnant de couleurs, dont des effets fluorescents de néons (plus convaincants que l'usage de la 3D, assez peu justifiée) comme s'il avait été dessiné au Stabilo Boss.
Sinon reconnaissons que les personnages ont de la gueule et créent de l'atmosphère. les pingouins, les singes, le roi des lémuriens sont autant de grains de folie ajoutés à la narration, produisant les gags les plus loufoques.

Coté nouveautés, on ne peut s’empêcher de rire devant cette mégère à l’horrible accent français qui rêve de planter une tête de lion à son tableau de chasse bien fourni. La Commissaire spécialisée en bestioles de tous poils, du nom de Dubois, n’est pas avare en méchanceté. Dans cet univers de cinglés, elle ne démérite pas. « What a cliché » (Edith Piaf incluse), certes, mais la France n’est pas la seule à souffrir de la satire : les circaciens québécois, ivres de sirop d’érable et de médicaments à bas coût, sont tout aussi maltraités, pour avoir osé créer des cirques sans animaux.
Funky, cocasse, n’oubliant pas ses immanquables parodies de films, Madagascar 3 ne réinvente rien mais fournit ce qu’il faut pour que le spectacle impressionne. Dès que la guerre est déclarée, et jusqu’à la démonstration du show à Londres qui rappelle les séquences hallucinantes de certains Disney autrefois psychédéliques, le tempo est frénétique.

La fin est sans doute plus démonstrative et classique. Pas trop méchante. Moins épatante. Mais l’aventure de cette trilogie semble s’achever. Il serait temps que le studio se réinvente un peu, à l’image de nos héros qui imagine le cirque de demain.

vincy



(c) ECRAN NOIR 1996-2017