Choix du public :  
 
Nombre de votes : 169
 












 
Partager    twitter



festival-cannes.com
site internet du film

 

Hara-Kiri : mort d'un Samoura� (Ichimei)

Sélection officielle - Compétition
Japon / sortie le 30.11.2011


HEROS QUI PLEURE





"Soyez certains que votre suicide rituel sera conforme � vos voeux."

Les admirateurs de Takashi Miike risquent d'être déçus. Le maître du thriller gore traite de la fin d'une époque, celle des exploits héroïques et de l'honneur inaliénable, dans un presque huis clos intimiste qui tient plus du mélodrame que de l'actionner spectaculaire. Passée une séquence éprouvante de seppuku (le suicide rituel des samouraïs), le récit se lance dans un long et fastidieux flash-Back dépourvu du moindre enjeu dramatique. En effet, on connait déj� les grandes lignes de l'histoire, que la partie centrale du film ne fait qu'illustrer laborieusement. Ni l'amour du père pour sa fille et son gendre, ni la complicit� qui unit le jeune couple ne parvient � sortir l'histoire de son déroulement convenu. L'opposition entre l'opulence du clan et la misère des protagonistes, l'injustice qui les frappe, l'absence de solidarit�, apparaissent comme des motifs décoratifs, presque anecdotiques.

Par ailleurs, alors que l'original (sign� Masaki Kobayashi) est connu pour sa beaut� plastique, le film de Miike pêche par excès de classicisme. Le choix de la 3D n'avait peut-être jamais ét� aussi peu judicieux, tant elle est inexistante. Filmer des hommes assis en train de parler ne dynamise guère un récit, que ce soit en relief ou non...

Malgr� tout, l� o� le film atteint son objectif, c'est lorsqu'il étudie la confrontation de deux visions opposées de l'honneur. Pour Kageyu, rien ne compte plus que le respect du code du samoura�. Obséd� par la tradition, il n'envisage aucune dérogation possible, quelle qu'en soit la raison. Au lieu de reconnaître la situation matérielle difficile du jeune Motome, qui n'a d'autre choix que de mendier pour survivre, il se réfugie derrière une théorie froide et inhumaine. Or, en agissant avec cette rigidit� insensible, il ne se rend pas compte qu'il déroge lui-même bien plus profondément aux valeurs de son clan que Motome lui-même. Face � lui, Hanshiro représente la voie censée de la bienveillance. Il voit plus de dignit� et de grandeur dans l'acte courageux de son gendre que dans l'intransigeance stérile du chef de clan. Il entrevoit la mutation profonde de la sociét� japonaise, et la nécessit� pour les clans de samouraïs de s'adapter � ces nouvelles réalités. Privés de clans, donc de sources de revenus, les samouraïs sans maître sont condamnés � la misère et � la déchéance. En guise de double peine, ils doivent continuer � appliquer un code d'honneur qui ne les protège plus.

A ce titre, la scène o� Hanshiro renverse l'armure sacrée du clan marque symboliquement la remise en questions de traditions ancestrales dépassées, et sur le point de s'éteindre. Il ne s'agit finalement que du premier d'une longue série de combats (qui se poursuit jusqu'� nos jours) pour faire triompher l'humanisme, la compassion et la solidarit�

MpM



(c) ECRAN NOIR 1996-2017