Choix du public :  
 
Nombre de votes : 254
 












 
Partager    twitter



festival-cannes.com
site internet du film

 

Looking for Eric

Sélection officielle - Compétition
Royaume Uni / sortie le 27.05.2009


PANSER LE PASSE





"- Fous toi tes proverbes au cul!"

"Tout commence par une superbe passe d'Eric Cantona..." Ken Loach reçoit le ballon, le bloque durant tout un match, avec des prolongations surprenantes et marque un but pour le plus grand plaisir des spectateurs, qui lèvent les bras, crient leur joie, applaudissent � tout va.
S'il fallait comprendre la parabole entre le spectacle vivant du football - sport dans lequel je n'y connais absolument rien - et le cinéma - o� je ne compte plus les heures passées en salles - il suffirait de voir Looking for Eric. "Chaque fois, chaque match, je voulais lui faire un cadeau" (au public). Mais évidemment, Ken Loach, avec sa tragi-comédie ne déshonorera pas le football. Jamais l'intensit� d'un match ne peut-être rendue par une fiction de cinéma. Il utilise juste le Dieu football, et son icône la plus singulière, Eric Cantona, pour que son personnage dépressif, Eric lui aussi, largu�, la tête en vrac dans une maison bordélique se soigne. Cette psychothérapie distrayante ("le rire est une merveilleuse médecine") s'inscrit dans une série de drames personnels. Cela fait longtemps qu'il n'a pas ét� heureux. Ses deux beaux-fils ne l'écoutent plus et sont des graines de voyous ; l'un d'eux va d'ailleurs mettre le péril en la demeure. Et surtout il ne s'est jamais pardonn� sa lâchet� vis-�-vis de sa première épouse, Lily, amour de sa vie. Cette incommunicabilit� qui cause tant de souffrances le laisse seul avec ses idées noires.

En fumant un joint, il se détend. Et Dieu lui apparu.
Celui qui l'a rendu si heureux. Cantona himself.
Attention ce n'est pas n'importe qui. "Parfois on oublie que tu es un homme" lui fait remarquer son supporter. "Je ne suis pas un homme. Je suis Cantona." lui rappelle sèchement la star.

L'autre Eric aurait pu choisir une autre personnalit� pour se confier. Dans cette séquence hilarante de méditation entre postiers plus vraiment jeunes, certains se voient aimer par Gandhi, Castro, Mandela, Sinatra et même Sammy Davis Jr. "Smug se voit � travers les yeux de Sammy Davis Jr. Enfin un des deux yeux." Cantona arrive donc comme une hallucination, parlant français et anglais dans la même phrase, déversant un nombre incroyable de proverbes, parfois plus poétiques que philosophiques. "Right with you mon ami". Entente cordiale.
Il est l� pour aider son fan � tourner la page. Faire face, assumer le pass� pour pouvoir vivre le présent. Même si ce présent est fortement égratign� par ce charmant gauchiste de Loach. Du capitalisme qui a exclu le peuple des stades de football � la "déculturation" de toute une génération désillusionnée, d'une police brutalement aveugle (mais impuissante � arrêter les vrais voyous) � l'individualisme le plus dangereux pour la cohésion de la sociét�, le cinéaste n'oublie jamais d'impliquer le monde dans lequel nous vivons dans cette comédie humaine.

Prenant au pied de la lettre les préceptes de Cantona, le film va prendre des risques, essayer de surprendre le public. Agile, il passe d'une séquence sentimentale � un film noir, et drible quelques répliques pour relâcher les zygomatiques. Loach aura eu l'inspiration pour rendre quelques scènes, comme celle du rock dans la chambre, culte. Agile, l'histoire prend plusieurs virages avant de nous signifier que ce n'est pas un drame ou une tragédie, mais au contraire un film léger et profond, o� les échecs conduisent � une réussite.

Mais, pour cela, il faut croire au groupe. Looking for Eric n'est jamais qu'un hommage � la confiance envers les autres, les siens. Un film qui fait de la solidarit� une arme de destruction massive. Avec ce délire énorme o� des dizaines de postiers portent un masque de Cantona, le généreux Loach impose en une séquence sa vision positive de l'union qui fait la force, avec ce qu'il faut d'absurde pour dérider une salle de cinéma et marquer les mémoires de cinéphiles.

vincy



(c) ECRAN NOIR 1996-2017