Choix du public :  
 
Nombre de votes : 350
 












 
Partager    twitter



festival-cannes.com

 

Shultes

Quinzaine des réalisateurs - Compétition
Russie


PAS DE PRINTEMPS POUR SHULTES





Shultes, c’est un peu Le fils des frères Dardenne au rythme de Robert Bresson. Shultes est une belle nouvelle du front cinématographique russe. Dans Shultes, les séquences se succèdent comme un collier de perles uniformes. Le fil qui les relie est ténu, si tendu qu’il n’aspire qu’à une chose : craquer. Pas nerveusement, mais vitalement. Dans une douleur imperméable, une douceur inexorable.

Locha Shultes que personne n’appelle ni par son prénom ni par son nom est de tous les plans du film. Opaque, mystérieux comme un héros à la Jean-Pierre Melville, ce jeune homme est enfermé dans des plans fixes et des travellings d’une très grande et belle maîtrise. Espaces où Shultes se dissout peu à peu dans le contexte de son destin. Ou plutôt dans son absence de destin puisque sa mémoire s’est envolée et que sa mère va bientôt mourir. Son seul contact au monde est le vol de portefeuilles qui renferment des identités sur des cartes, des passeports… Corps frôlés, objets dérobés dans l’intimité d’un sac, photos glacées, vignettes de vie qui racontent le passé et l’avenir dont Shultes est privé.

Vol à l’âme

Bakour Bakouradzé distille au compte-gouttes des informations sur Locha Shultes. D’une rigueur qui épouse le mutisme de son héros, le cinéaste scénariste ne cède jamais aux rebondissements. Shultes va rencontrer un enfant, Shultes va voler le portefeuille d’une jeune française qu’il retrouve en sang à l’hôpital. Shultes va pénétrer chez elle. La regarder chanter une déclaration d’amour sur l’écran d’une caméra DV. Ce moment de grâce pourra-t-il traverser l’ex-athlète roux au regard bleu éteint ? Là où est Shultes à ce moment du film et de son existence, qui peut encore l’atteindre ?...

Pour ceux qui aiment les expériences cinématographiques exigeantes et radicales, qui acceptent que des êtres s’éteignent mine de rien et à petit feu, qui pensent que l’absence de mémoire est comme un vol à l’âme, alors le souvenir de Shultes risque de vous hanter encore longtemps après sa diffusion.

Benoit



(c) ECRAN NOIR 1996-2017