Choix du public :  
 
Nombre de votes : 299
 












 
Partager    twitter



festival-cannes.com

 

Premières neiges (Snijde)

Semaine critique - Films en sélection
BOSNIE-HERZEGOVINE / ALLEMAGNE / FRANCE


LES DAMES DE SLAVNO





Premières neiges/Snijed, Grand Prix amplement mérité à la Semaine de la Critique cannoise 2008, offre une histoire d’une ampleur universelle. Un conte contemporain qui se déroule en 1997 à Slavno, petit village situé sur une colline boisée à l’est de la Bosnie. Un conte en sept chapitres selon les jours de la semaine. Un conte d’après-guerre. Un conte de dévastation, mais aussi de résistance où les femmes sont devenus des survivantes et les hommes des fantômes.

Avec ce premier long-métrage, la réalisatrice Aida Bejic évite tous les écueils du film politique : la leçon d’Histoire, le parti pris simpliste, le message plombant ou encore le misérabilisme démagogique. Peut-être le temps passé depuis le conflit serbo-croate lui permet-il la juste distance pour concrétiser une telle proposition artistique…

Le goût de ces Dames de la côte version slave est celui des confitures que cuisinent Alma (Zana Marjanovi) et ses consoeurs. Goût acide comme le passé douloureux et le souvenir des défunts disparus mystérieusement. Goût sucré comme le rêve d’Alma qui espère vendre ses productions fruitières dans le pays tout entier et reconstruire ainsi le village dévasté.

Malgré la présence d’un vieil homme et d’un enfant, ce sont les figures féminines qui dominent sur la colline. Parmi elles :

- La belle-mère d’Alma, immobile, mais à l’influence tentaculaire comme une héroïne de Gabriel Garcia Marquez,
- Une vieille grand-mère, telle une Pénélope âgée qui ne cesse de tisser un tapis avec des lambeaux de vêtements d’hommes,
- Une femme plus jeune – putain peut-être – qui rêve à un soldat lointain en fumant des cigarettes…

Chacune garde son mystère pendant la première moitié du film. Aida Bejic étire les séquences en installant la répétition les gestes quotidiens, le jeu des regards. Avec bonheur, le quadrillage des répliques préfère dévoiler les caractères plutôt que de livrer des informations scénaristiques. Il faut attendre l’apparition de trois hommes - aspects de la virilité dans l’imagerie des contes - pour perturber la vie de ce microcosme et créer le suspense :

- Le bon : le prince charmant camionneur (Kim Rossi Stuart en slave) qui surgit par accident dans la vie et dans le cœur d’Alma,
- Les deux méchants : un hommes d’affaires serbe un peu veule et un Anglo-saxon au physique de loup qui veulent s’emparer du village.

Les noyaux durs des fruits cèdent alors leur place aux cœurs robustes des habitantes. Le village cèdera-t-il à l’offre financière des hommes d’affaires ? Va-t-il se diviser ou au contraire se fédérer ? Alma reverra-t-elle le camionneur ? Sera-t-il un homme attendu, jamais venu ?...

Tel le déroulement des contes de fées avant leur résolution, les épreuves se succèdent et les éléments naturels tourmentent Slavno. Les cheveux d’un petit garçon poussent et repoussent à une vitesse fulgurante. Un tapis se transforme en pont qui relie le monde des vivants et les charniers des morts. Enfin, la neige à la fois morbide et pure se met à tomber. Comme un présage de reconstruction, de renaissance ?...
En tout cas, comme une promesse de vrai et de beau cinéma.

Benoit



(c) ECRAN NOIR 1996-2017