39-98 | 99 | 00 | 01 | 02 | 03 | 04 | 05 | 06 | 07 | 08 | 09 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19


 
 
Choix du public :  
 
Nombre de votes : 27
 












 
Partager    twitter



festival-cannes.com

 

Chacun son cinéma

Sélection officielle - Séances spéciales
France


A 8944 KMS DE CANNES





«- Les Français y aiment les Brésiliens. Ils arrêtent pas de mater leur arrière train.»

L’assemblage de 33 courts métrages de 3 minutes chacun s’acère souvent plus conceptuel qu’harmonieux. On l’avait remarqué l’an dernier avec Paris je t’aime, l’inégalité des uns et l’excellence des autres donnent un résultat parfois boiteux. Pourtant Chacun son cinéma possède un lien qui le rend cohérent. Au-delà des jeux de mains (Assayas, Kar-wai, Dardenne), des récurrences thématiques (les aveugles chez Kaige, Inarritu, ...), ils racontent tous à travers la salle de cinéma un monde qui a disparu ou est en voie d’extinction. Le constat pessimiste de ces 33 prestigieux cinéastes résonne comme un requiem pour une mort annoncée. Pire : ici la pellicule saute, le projecteur disjoncte, le film brûle, bref l’argentique est en désagrégation. Le segment de Cronenberg s’appelle carrément Le suicide du dernier Juif du monde dans le dernier cinéma du monde. De salles désaffectées ou quasiment vides (Hsien, Kitano, Polanski, Kontchlovski…) en hommages nostalgiques au muet (Oliveira, Charlot dans le Kaige) ou à la Nouvelle vague (Truffaut, Godard, Bresson, ...), Chacun son cinéma dresse le portrait d’un art qui regrette son âge d’or. Où comme dans le Loach, le football semble un « programme » plus palpitant que la litanie des synopsis insignifiants.
Pourtant l’on ressort plutôt joyeux de cette compilation. Peut-être parce que l’amour du cinéma dépasse cette tristesse évoquée. Sans doute parce que peu de morceaux sont véritablement ratés. Evidemment, aussi, parce que certains sont très réussis. Enfin, sûrement, parce qu’il y a une vision d’un certain avenir du cinéma. Egoyan filme ainsi un échange de SMS et de vidéos par téléphone entre deux copines qui voient chacun un vieux film. Les Coen font aimer un film truc à un cow-boy texan. Kiarostami (avec Romeo et Juliette) comme Wenders (avec La chute du faucon noir) en font un instrument de pacification. Une foi, un amour, un fantasme, voilà ce que représente à leurs yeux le cinéma : la salle en est donc le temple, sacré.
On oubliera vite le Gitai, le Campion, l’Assayas, le Ruiz et le Cimino. Cinq courts à côté de la plaque. De même la célébration de Lelouch et Chahine par Lelouch et Chahine n’a pas d’intérêt, hormis pour leur ego. On pourra aussi regretter l’absence des Almodovar, Tarantino, Soderbergh, Jeunet, de cinéastes indiens, africains, plus hollywoodiens.
Mais la liste des cinéastes qui nous ont emballés est longue. Kitano, Moretti et son jouissif journal de spectateur (éloge à la diversité), les Dardenne, les Coen, Inarritu (bouleversant), Yimou (jolies ombres chinoises), Egoyan, Kar-wai, Von Trier (dans le trash peu subtil mais très efficace et revanchard), Polanski (où l’on a le droit de mater un film érotique mais pas de jouir dans la salle), Suleiman (cocasse et décalé) réalisent des histoires émouvantes ou drôles, parfois même touchantes.
On s’étonne surtout de comprendre pourquoi ce sont des auteurs. Des signatures. En un plan, deux secondes, trois gestes, on repère tout de suite qui est derrière la caméra : Kaurismaki, Van Sant, Tsai Ming Ling, Wong Kar-wai, Depardon… Leur patte est reconnaissable entre toutes. Ils ont leur style, singulier et séduisant. Pour reprendre Moretti, ces gens-là « font des films un peu différents de Matrix 2 ».
Walter Salles mérite la Palme parmi tous. Un plan fixe, deux brésiliens. Les 400 coups, film peut-être porno vu le titre, au fronton du cinéma. Il s’agit d’un moment de grâce gai et optimiste, où l’on apprend tout ça par Internet. Un rêve inaccessible, mais la plus belle salle de cinéma du monde, avec un certain Gil (mais pas Gilberto) à la Présidence. Un slam redoutable qui définit le Festival. Festif, fidèle, cosmopolite, superficiel, cinéphilique. Alors, certes, ce cinéma pas très frais du bout du monde avec ce film vieux de 50 ans reflète bien l’esprit des 32 autres courts. Mais au moins, ici, en musique et en mots, on a encore envie de croire à la magie du cinéma.

EN



(c) ECRAN NOIR 1996-2021