39-98 | 99 | 00 | 01 | 02 | 03 | 04 | 05 | 06 | 07 | 08 | 09 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19


 
 
Choix du public :  
 
Nombre de votes : 21
 












 
Partager    twitter



festival-cannes.com
Site distributeur

 

Election (Election)

Sélection officielle - Compétition
Hong Kong


PAS BONS, BRUTES ET TRUANDS





"On t’appelait par ton surnom de gangster. Et voil qu’on t’appelle capitaine."

Jeux de guerre  la recherche du sceptre perdu. Tout un programme ! Johnnie To ose présenter son film tel un récit épique, calligraphies murales en générique d’ouverture  la cl. Bienvenue dans l’impitoyable cercle de la Wo Shing, organisation criminelle dite fraternelle, entre cupidit, menaces de mort, harcèlement muscl, règlements de compte et - pour en finir - insistantes pulvérisations de crâne. Il y aura un bien un tea time et deux trois séquences d'entente cordiale. Bref Un film échou sur les plages de la Croisette, indigeste, shoot  la testostérone et grossièrement guerrier.

Aucune histoire, absolument rien, si ce n’est cette ridicule quête de totem disparut. Le réalisateur mise sur l’intégralit de son film sur ce sacro-saint respect des codes ancestraux pour faire courir ses personnages. De notre côt,FIFA Coins on ne marche pas. Sa mise en scène, quant  elle, nous donne une pressante envie de partir en courant. Images froides, mouvements caricaturaux, démarche artistique tombée aux oubliettes. Johnnie To zoome, dézoome et rezoome, abuse de fonds sonores en copier/coller pour grossièrement rythmer son récit : on frôle de peu l’esthétique de ce qui pourrait être un téléfilm policier programm en début d’après midi. Affligeant !

Laborieuse cette vie de dangereux criminels  Hong Kong. Que d’intrigues gratuites et personnages suffisants. Le cinéaste ne trouve aucune limite, déployant sa triades party dans toutes les directions. Sauf une ou deux tournures humoristiques, rien ne nous accroche, multiplication des situations gratuites oblige. Des protagonistes hermétiques, une absence totale d'enjeux. Johnnie To signe un vulgaire rodéo urbain qui n'a de légendaire que ses strictes références socioculturelles. Ses choix filmiques, font définitivement pencher la balance vers un réalisme brut, ici exempt de tout intérêt. Aucun scénario digne de ce nom, aucune matière. Toute question de dialectique, voyage ancestral, ne serait-ce que d'originalit, est  proscrire. Un parti pris qu'on ne peut définitivement pas partager. Un film born.

Sabrina



(c) ECRAN NOIR 1996-2020