Production : Why not productions, The Next World, Graveyard Machine, Desperate pictures, Crispy Films
Réalisation : Gregg Araki
Scénario : Gregg Araki
Photo : Sandra Valde-Hansen
Décors : Todd Fjelsted
Distribution : Wild Bunch Distribution
Musique : Vivek Maddala
Durée : 88 mn

 

Thomas Dekker : Smith
Juno Remple : London
Kelly Lynch : ?
Haley Bennett : Stella
James Duval : Le messie
Jason Olive : Hunter
Chris Zylka : Thor
Roxane Mesquida : Lorelei
Andy Fischer-Price : Rex

 

festival-cannes.com
Gregg Araki

 

Kaboom

Sélection officielle - Séances spéciales
USA

Dépucelage pour Araki




C’est la première fois que le cinéaste américain Gregg Araki (51 ans quand même et 23 ans de carrière) est en sélection officielle. La Quinzaine l’avait invité en 2007 avec sa comédie gentillette, Smiley face. Considéré comme une cinéaste marginal, l’auteur du sublime Mysterious Skin et du culte The Doom Generation, n’a jamais eu les honneurs de Berlin et Venise. Trop décalé, seuls les festivals de Rotterdam, Locarno ou Sitgès ont eu un peu d’audace.

Sexe encore
Le synopsis évoque l’un des thèmes récurrents du cinéma arakien : la sexualité des adolescents. Drogues, beaux gosses et jolies filles, on n’est pas loin de Brett Easton Ellis.

Thomas, Juno, Kelly et cie…
Thomas Dekker va faire tourner les têtes. John Connor dans la série TV Terminator, il est aussi musicien. Juno Temple, à l’affiche actuellement de Greenberg, a aussi été vue récemment dans le rôle d’Anna adolescente dans Mr Nobody. Kelly Lynch fut aperçue comme une vedette montante à la fin des années 80 (Cocktail, Drugstore Cowboy) avant de faire une carrière brillante sur le petit écran. James Duval, qui a un planniong chargé en projets et en tournages, a été vu dans Donnie Darko, 60 secondes chrono ou encore dans un petit rôle dans Iron Man. Enfin la française Roxane Mesquida est l’une des jeunes étoiles montantes du cinéma français, notamment grâce à Catherine Breillat : La dérive, Une vieille maîtresse, Sheitan, Sex is comedy, A ma sœur…

Petit deviendra grand
A l'origine, ce film devait être une série pour la TV.

Première
Le film a reçu la première Palme Queer de l'Histoire du festival de Cannes, face à un autre favori, Les amours imaginaires.

vincy



(c) ECRAN NOIR 1996-2017