Production : Stellar Megamedia, Debo Films, Kingwood, Fortissimo Films
Réalisation : Wang Xiaoshuai
Scénario : Wang Xiaoshuai, Lao Ni
Montage : Yang Hongyu
Photo : Wu Di
Format : 1:85
Décors : Li Huatong
Distribution : ARP selection
Son : Zhang Jingyan, Long Xiaozhu
Directeur artistique : Zhang Wu
Durée : 119 mn

 

Li Bin : Xiao Gen
Qin Hao : Lu Jun
Gao YuanYuan : Qing Hong
Yan Anlian : Wu Zemin
Wang Xueyang : Xiao Zhen

 

festival-cannes.com

 

Shanghai Dreams (Shanghai Dreams)

Sélection officielle - Compétition
/ sortie le 02.11.05

Wang Xiaoshuai appartient à cette sixième génération de réalisateurs chinois, qui préfère opter pour des sujets réalistes, dans des conditions parfois précaires face à la censure de leur pays. En 1996, il est même contraint de tourner Frozen< (Jidu hanleng) anonymement. Il commencera à connaître une carrière internationale en 2001 avec Beijing Bicycle (qui réunit déjà ses deux comédiens Bin Li et Yuanyuan Gao), Grand prix du Jury au Festival de Berlin. Ce film, Shanghaï Dreams (en chinois il porte juste le nom de son héroïne, Qinghong) reçoit un plus modeste Prix du Jury au Festival de Cannes. Il était déjà venu présenté So close to paradise et Drifters à Un certain Regard.




Si le film parle essentiellement de ces citadins venus peupler la Chine intérieure (où les usines stratégiques se sont installées en cas de conflit avec ce qui était l'URSS mais aussi l'Inde), le cinéaste a surtout voulu puiser dans son enfance. "J'ai passé toute ma jeunesse dans une région rurale. Comme la famille de Qinghong, nous avons quitté Shanghai pour aller vivre dans la province de Guizhou (province située dans le sud de la Chine, pas très loin de Birmanie et du Vietnam) car l'usine où travaillait ma mère avait été déplacée là-bas." C'est aussi dans cette région que le tournage a eu lieu, avec les avaries habituelles - "des problèmes de décors, d'autorisation de tournage, de budget, et même de météo".
Le cinéaste revient de loin. "Cela fait douze ans que je suis cinéaste et aucun de mes films n'a pu être montré au public chinois. C'est une vraie chance aujourd'hui, grâce à cette sélection à Cannes : mon film va peut-être être projeté dans les salles de mon pays. (...) Le Bureau du Cinéma s'est réuni pour discuter de mon cas. Après débat, ils ont accepté que je tourne mon film. Quelques jours plus tard, j'ai effectivement reçu l'autorisation officielle de filmer que j'ai accroché au mur ! Cela faisait dix ans que je pensais à ce sujet... Il se trouve qu'avec tous les changements qui s'opèrent dans la société, dans l'industrie du cinéma chinois - au niveau de l'agrémentation - mon scénario a été accepté relativement rapidement." À ses débuts certains de ses films se faisaient pour moins de 10 000 $ et de manière clandestine...
Shanghaï Dreams est sorti dans la foulée du festival de Cannes, et a été un beau succès au Box Office, occupant miraculeusement la moitié des sièges des salles de cinéma quand un film chinois fait en moyenne un tiers de remplissage seulement.
Lors de sa conférence de presse cannoise, le réalisateur avait prophétisé : "Si le film marche bien, s'il me met à l'abri des soucis, je penserai peut-être à faire quelque chose de plus léger. Une comédie éventuellement. Et si je repars de Cannes avec un Prix, alors je réalise une comédie burlesque."

vincy



(c) ECRAN NOIR 1996-2017