Production : Cattleya, Rai cinema, Once you ar born films, Babe
Réalisation : Marco Tullio Giordana
Scénario : Marco Tullio Giordana, Sandra Petraglia, Stefano Rulli, d'après le roman de Maria Pace Ottieri
Montage : Roberto Missiroli
Photo : Roberto Forza
Décors : Giancarlo Basili
Distribution : Mars distribution
Durée : 118 mn

 

Alessio Boni : Bruno
Michela Cescon : Lucia
Rodolfo Corsato : Popi
Ester Hazan : Alina
Vlad Alexandri Toma : Radu
Matteo Gadola : Sandro

 

festival-cannes.com

 

Quando sei nato non puoi piu nasconderti (Une fois que tu est né, tu ne peux pas te cacher)

Sélection officielle - Compétition
Italie / sortie le 14.12.05

Si nous n'avions pas traité Nos meilleures années en son temps, c'était à la fois un manque de désir et une perplexité face à un film fait, à l'origine, pour la télévision. Pourtant en 2003, le film de Marco Tullio Giordana emporte le Prix Un Certain Regard et un succès en salles indéniable durant tout l'été, malgré ses deux parties. Meilleur film, meilleur réalisateur au Donatello (les César italiens), deux ans après son Donatello du meilleur scénario (Les cent pas, de loin son film le plus passionnant). Si Nos meilleurs années emporte l'adhésion des publics de Rotterdam et Denver, Les cent pas gagne au nombre de prix : Prix du public à Sao Paulo, trois prix à Venise (dont le scénario)... Venise où il avait déjà présenté Pasolini, mort d'un poète en 95.




Donc, pas de jaloux, Cannes le sacre avec son nouveau film, lui, le réalisateur de 55 ans déjà, 10 films au compteur, sélectionné à Locarno en 1980 pour son premier film : Maledetti vi amerò (Maudits je vous aimerai). Léopard d'or d'entrée de jeu. Mais petite sélection cannoise à Un certain Regard. Un quart de siècle plus tard, le voici en Compétition Officielle à Cannes. Les critiques sont mauvaises. La sortie française sera discrète, bizarrement placée face au champion du box office italien, Le tigre et la neige, de Benigni. De quoi faire mourir Une fois que tu es né dès sa première semaine.
Il quitte donc l'univers familier des années 70 dans lequel ses trois précédents films prenaient place pour traiter de l'immigration clandestine contemporaine. A partir du livre de Maria Pace Ottiei, un essai de Montovani (Intercultura) et un autre livre, Migranti, de Claudio Camarca, il a composé son odyssée du gamin perdu, en se référant aussi au néo-réalisme italien (Rossellini, De Sica) et à la nouvelle vague française (Truffaut).
Une fois que tu es né fera le bonheur des rétrospectives thématiques, des robinets à films sur le câble et le satellite. Il a remporté un prix, malgré tout, à Cannes : le prix François Chalais (créé en 97, du nom du célèbre critique). Obscur prix officiel parmi la myriade de la Croisette, destiné à récompenser un film de fiction d'un auteur qui a su capter la réalité du monde. Déjà donné à des films venus du Brésil, Cambodge, Iran, France, Israël, Egypte, Liban, Bosnie : Carnets de Voyage, S-21 la machine de mort..., Les chants du pays de ma mère, Made in the USA, Kippour, L'autre, West Beyrouth, Le cercle parfait.

vincy



(c) ECRAN NOIR 1996-2017